Show item record

La méritocratie : seule en cause?

dc.contributor.authorMaroy, Christian
dc.date.accessioned2017-01-19T21:15:43Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2017-01-19T21:15:43Z
dc.identifier.citationMaroy, Christian (2012). La méritocratie : seule en cause? SociologieS [En ligne]. Repéré à http://sociologies.revues.org/3779fr
dc.identifier.urihttp://sociologies.revues.org/3779
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/16389
dc.rightsCe document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 3.0 France. / This work is licensed Under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.fr
dc.rights.urihttps://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/fr/fr
dc.titleLa méritocratie : seule en cause?fr
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des sciences de l'éducationfr
UdeM.statutProfesseur(e) / Professorfr
dcterms.abstractLes travaux de Marie Duru-Bellat ont porté de longue date sur les transformations de l’école et les mécanismes de production des inégalités sociales face et par l’école. Que ce soit avec des travaux analytiques et empiriques – comme par exemple Les Inégalités sociales à l’école. Genèse et mythes (Duru-Bellat, 2002) ou en 2010 avec François Dubet et Antoine Véretout, Les Sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale, ou encore dans des essais plus politiques – L’Hypocrisie scolaire avec François Dubet (Dubet & Duru-Bellat, 2000) ou l’inflation des diplômes (Duru-Bellat, 2006) – le travail de Marie Duru-Bellat s’inscrit ainsi dans un des programmes majeurs de la sociologie de l’éducation. Le Mérite contre la justice emprunte également cette voie, mais son propos principal paraît ressortir a priori de la critique politique et idéologique. Dans un contexte français qui met de l’avant la responsabilité individuelle, le sens du travail et de l’effort dans les politiques sociales notamment, sa visée principale est de relativiser ce discours du mérite et de montrer, dans le domaine scolaire comme dans le domaine professionnel, qu’un principe de justice méritocratique est non seulement loin d’être réalisé pratiquement mais qu’il est, sur le plan de la philosophie et de la pratique politique, clairement insuffisant, voire conservateur. Une société « méritocratique » est en effet une société qui tolère l’inégalité des « places » (du point de vue de leurs rémunérations matérielles ou symboliques), dans la mesure où cette stratification serait seulement le résultat des inégalités de « talents » de départ ou des efforts et du travail consentis pour les acquérir ou les occuper. L’école, dans la mesure où elle conditionne l’accès à ces places, se doit en particulier de promouvoir l’égalité des chances. Au travers de l’égalité d’accès, mais plus récemment via des dispositifs de discrimination positive, il s’agit de viser à ce que la réussite et l’orientation scolaire puissent se baser sur un « vrai mérite » indépendant des atouts sociaux inégaux dont bénéficient les familles. Je reprendrai d’abord brièvement le fil rouge de l’argumentation du livre, ensuite ses conclusions politiques-clés en ce qui concerne la politique scolaire, avant de les discuter.fr
dcterms.alternativeGrands résumés, le mérite contre la justicefr
dcterms.alternativeDiscussion de l’ouvrage de Marie-Duru-Bellat, le mérite contre la justicefr
dcterms.bibliographicCitationSociologieS
dcterms.isPartOfurn:ISSN:1992-2655
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion acceptée / Accepted Manuscript


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record

Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 3.0 France. / This work is licensed Under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.
RightsCe document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 3.0 France. / This work is licensed Under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.