Show item record

dc.contributor.authorArchambault, Jean
dc.contributor.authorHarnois, Li
dc.date.accessioned2015-12-10T14:50:54Z
dc.date.available2015-12-10T14:50:54Z
dc.date.issued2012
dc.identifier.citationArchambault, J. et Harnois, L. (2012). Diriger une école primaire de milieu urbain défavorisé : les perceptions des directions d‘école de leur travail. Canadian Journal of Education / Revue canadienne de l'éducation, 35(1), 3-21.fr
dc.identifier.urihttp://www.cje-rce.ca/index.php/cje-rce/article/view/1166
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/12694
dc.subjectDirection d’écolefr
dc.subjectÉcole primairefr
dc.subjectRapport au travailfr
dc.subjectMilieu défavoriséfr
dc.subjectDiscoursfr
dc.titleDiriger une école primaire de milieu urbain défavorisé : les perceptions des directions d’écoles à propos de leur travailfr
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des sciences de l'éducationfr
dcterms.abstractCet article porte sur les perceptions des directions d’écoles de milieu défavorisé à propos de leur travail. Nous nous intéressons à la situation qui prévaut à Montréal, où les écoles bénéficient de mesures particulières de soutien du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Nous présentons les résultats d’une recherche menée auprès de quarante-cinq directions d'écoles primaires de milieu défavorisé de Montréal. L’objectif principal était d’identifier, de décrire et de documenter les caractéristiques du travail d’une direction d’école de milieu défavorisé. Quelques constats émergent des données recueillies. Les directions considèrent leur tâche différente de celle des directions d’une école de milieu moyen ou favorisé. Ces différences portent principalement sur la lourdeur de la tâche, sur les compétences et les attitudes particulières requises, sur la nécessité d’exercer un leadership de justice sociale, sur la nécessité de développer une certaine vision de l’éducation et finalement sur l’importance du développement professionnel.fr
dcterms.abstractThis paper presents school principals’ perceptions about their work in disadvantaged areas. Our focus is on Montréal’s particular situation in which schools receive special support from Québec’s Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Forty-five elementary school principals participated in our study. Our goal was to identify, describe, and document their work’s features. Our data show that principals believe their work-load to be different from the work-load of their peers in more advantaged areas, as well as perceiving this workload to be heavier, needing particular competencies and attitudes, and having to incorporate elements of leadership for social justice. Given this perceived difference, principals have to consider the importance of on-going professional training and develop a particular vision of education.fr
dcterms.bibliographicCitationCanadian Journal of Education / Revue canadienne de l'éducation ; vol. 35, no 1
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion acceptée / Accepted Manuscript


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record