Show item record

dc.contributor.advisorNouss, Alexis
dc.contributor.advisorBastin, Georges
dc.contributor.authorLamy, Laurent
dc.date.accessioned2018-06-11T16:44:45Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-11T16:44:45Z
dc.date.issued2018-03-21
dc.date.submitted2017-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20510
dc.subjectTraductionfr
dc.subjectHiistoriographiefr
dc.subjectÉpistémologiefr
dc.subjectThéorie critiquefr
dc.subjectTranslationfr
dc.subjectHistoriographyfr
dc.subjectEpistemologyfr
dc.subjectCritical theoryfr
dc.subject.otherLanguage - Linguistics / Langues - Linguistique (UMI : 0290)fr
dc.titleParallaxes : lectures tangentes d'historiographie critique et d'épistémologie de la traductionfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineTraductionfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractCette thèse par articles propose une série de lectures tangentes, embrassant les domaines respectifs de l’épistémologie, de l’historiographie critique et de la théorie crique de la traduction, axées sur une vue non déterministe de la traduction. Après avoir exploré diverses avenues et considéré divers angles de vue proposés par les théories contemporaines de la traduction, je suis parvenu à trois constats formant trois clauses catégoriques de ma réflexion : 1) tout traitement des données dans le cadre de la réflexion traductologique repose sur un savoir a posteriori et doit n’admettre qu’une axiomatisation « faible » liée à l’observation de tendances et de régularités n’obéissant pas nécessairement à une causalité ou à une finalité stricte; 2) toute proposition élaborée dans ce cadre doit conserver un caractère non déterministe; 3) la traduction comme expérience et la réflexion qui s’en inspire obéissent à un protocole évolutif. Mes conclusions se présentent comme une défense et illustration d’une « théorie générale de la dérive », un work in progress qui avalise les données dégagées plus en amont, qui sont supportées pas une conception évolutive et non déterministe de la traduction. Cette modélisation souple et ouverte de la traduction comme activité cognitive évolue en direction d’une intelligibilité holistique du champ réflexif de la traduction que que je désigne comme la métatraduction. Je partirai d’un énoncé de principe qui, pour moi, a valeur d’axiome : il est désormais interdit de réduire l’exercice de la traduction à une portion congrue qui en ferait l’estafette entre une présumé « original » et son produit « dérivé » : la traduction est un vecteur de transformation des valeurs et d’élargissement des horizons, non moins qu’une amorce discrète mais effective des mutations de paradigme et des révolutions conceptuelles.fr
dcterms.abstractThis thesis proposes a series of tangential readings in the fields of epistemology, historiography and critical theory of translation.. So I come to three conclusions: 1) any processing of data in translation studies is based on an a posteriori knowledge and should be implemented with “soft” axiomatics dealing with trends and regularities with¬out any necessary binding to strong causal or final conditions; 2) any proposition formu¬lated in this framework should keep a non deterministic profile; 3) translation as experience and self-examination is governed by an evolutive protocol. My conclusions are evolving toward a “general theory of drifting”, a work in progress that synthesizes the data scrutinized and fleshed out in the former series of essays. I will start with a personal tenet that should earn for me the status of an axiom: we can no more reduce the experience of translation to an ancillary role oscillating back & forth between a so called “original” and an end product bound by the double bind between formal equivalence (source-oriented) and dynamic equivalence (target-oriented). As put forth by Walter Benjamin, translation evolves in a medium forming a continuum of metamorphoses, being as such a seminal vector of transformation of values and expanding the horizons as well as a discrete but effective trigger of paradigm shifts and conceptual revolutions.. What I call here “general theory of drifting” is nothing else than the principle according to which translation is not a “derivative by-product” of a so called original, but an agent and matrix of its drifting. .fr
dcterms.descriptionIl s'agit d'une thèse « par articles » dont quatre des cinq études présentées ont été publiées dans des revues scientifiques avec l'arbitrage professionnel d'un comité de lecture.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record