Show item record

dc.contributor.advisorGervasi, Flavia
dc.contributor.authorAmengual Garí, Margalida
dc.date.accessioned2018-06-11T18:32:58Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-11T18:32:58Z
dc.date.issued2018-04-06
dc.date.submitted2017-05
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20540
dc.subjectArcade Firefr
dc.subjectScène indiefr
dc.subjectSuccès commercial, public et critiquefr
dc.subjectIndiefr
dc.subjectIdentitéfr
dc.subjectAuthenticitéfr
dc.subjectIndie scenefr
dc.subjectCommercial, public and critical successfr
dc.subjectIdentityfr
dc.subjectAuthenticityfr
dc.subject.otherCommunications and the Arts - Music / Communication et les arts - Musique (UMI : 0413)fr
dc.titleArcade Fire et le paradoxe de l’indie : de la scène montréalaise à la reconnaissance internationalefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineMusiquefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Mus.fr
dcterms.abstractPrès de quinze ans après la percée du grunge de Nirvana dans le circuit mainstream, le groupe Arcade Fire, issu de la scène indie montréalaise des années 2000, a connu une reconnaissance internationale importante. En effet, malgré un début de carrière et un premier disque, Funeral, davantage associés à la musique indépendante, Arcade Fire a rencontré un grand succès commercial, public et critique, et sa musique est aujourd’hui distribuée et diffusée dans les circuits globaux de la pop. Dès lors, comment un groupe ayant changé de scène et d’échelle de production, de diffusion et de distribution est-il pourtant toujours associé au terme indie ? Appuyée par une bibliographie en études des musiques populaires et en sociomusicologie, cette étude explore cette question d’abord par une recherche historique sur le terme indie et sur la scène du même nom à Montréal, puis par une analyse historique de la carrière d’Arcade Fire, et ce, afin de comprendre comment ce terme a continué à être opérationnel pour parler du groupe. Ce travail démontre que si la carrière d’Arcade Fire est devenue moins indie dans la manière de produire, de distribuer et de diffuser la musique, l’étiquette indie fonctionne néanmoins toujours pour parler du groupe, car elle est liée à des valeurs de l’être humain que sont l’identité et l’authenticité. En ce sens, la construction d’une identité indie et d’une aura d’authenticité autour du groupe a fonctionné comme une stratégie pour donner de la valeur et légitimer sa carrière jusqu’à ce jour.fr
dcterms.abstractAlmost fifteen years after the mainstream breakthrough of Nirvana’s grunge, the group Arcade Fire, originating from the early 2000s indie scene in Montreal, has earned important international recognition. In fact, despite the close association of their early career and their first album, Funeral, with the independent music scene, Arcade Fire has gone on to meet with great commercial, public and critical success. Why, therefore, is this group, who has changed their scene and their scale of production, diffusion and distribution, still linked with the term “indie”? Supported by a bibliography in popular music studies and sociomusicology, this master’s thesis explores this question firstly through a historical study of the term indie and of Montreal’s indie scene, followed by an analysis of Arcade Fire’s career, in order to understand this term’s continued relevance in writing about the group. This work shows that while the Arcade Fire’s career is now less indie in their manner of producing, distributing and diffusing their music, the label still serves as a way of referring to the group, since it is linked to the human values of identity and authenticity. In fact, the construction of an indie identity and an aura of authenticity around the group functions as a strategy to add value and legitimate its career to date.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record


DSpace software [version 5.8 XMLUI], copyright © 2002-2015  DuraSpace