Show item record

dc.contributor.advisorDembélé, Martial
dc.contributor.authorSirois, Geneviève
dc.date.accessioned2018-05-25T17:43:34Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-05-25T17:43:34Z
dc.date.issued2018-03-21
dc.date.submitted2017-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20059
dc.subjectPolitiques de gestion des enseignantsfr
dc.subjectPénuries d’enseignantsfr
dc.subjectZones ruralesfr
dc.subjectAfrique subsahariennefr
dc.subjectBurkina Fasofr
dc.subjectAttraction et rétention des enseignantsfr
dc.subjectTeacher shortagefr
dc.subjectTeacher management policiesfr
dc.subjectRural areasfr
dc.subjectTeacher attraction and retentionfr
dc.subjectSub-Saharan Africafr
dc.subject.otherEducation - Administration / Éducation - Administration (UMI : 0514)fr
dc.titleAttirer, recruter et retenir les enseignants en zones rurales : une analyse des politiques du Burkina Faso en la matièrefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineSciences de l'éducation - Administration de l'éducationfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des sciences de l'éducation)fr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractLes pénuries d’enseignants sont actuellement l’un des principaux freins à la réalisation de la scolarisation primaire universelle et de qualité et l’Afrique subsaharienne figure parmi les régions les plus touchées par ces pénuries (ISU, 2014). Plusieurs recherches montrent que les pénuries d’enseignants sont généralement plus importantes dans les zones rurales et éloignées. Deux principales raisons expliquent l’ampleur du problème. D’une part, les zones rurales des États d’Afrique subsaharienne présentent généralement les taux de scolarisation les moins élevés (ISU, 2006 ; Mulkeen et Chen, 2008), ce qui concentre les efforts d’augmentation de la couverture scolaire dans ces zones et induit une augmentation importante de la demande d’enseignants. D’autre part, les zones rurales font face à des difficultés importantes pour attirer, recruter et retenir des enseignants de qualité (Mulkeen et Chen, 2008 ; UNESCO-BREDA, 2009). En réponse, plusieurs États d’Afrique subsaharienne ont mis en place des politiques de gestion visant à assurer la disponibilité d’enseignants dans les écoles rurales. Cette thèse vise à 1) décrire les instruments d’action publique mis en place pour attirer, recruter et retenir les enseignants dans les zones rurales burkinabè ; et 2) documenter la mise en œuvre de ces instruments d’action publique. Notre analyse s’appuie sur les théories économiques de l’offre et la demande, appliquées au secteur éducatif et au marché du travail des enseignants, et sur le modèle d’analyse de la mise en œuvre des politiques éducatives proposé par Honig (2006). Pour comprendre les effets de ces politiques, nous avons opté pour une approche qui consiste à reconstituer les trajectoires professionnelles d’une cohorte d’enseignants. Plus précisément, nous avons utilisé les données administratives disponibles pour reconstruire les trajectoires professionnelles d’un échantillon de 100 enseignants ayant reçu leur première affectation dans une région du Burkina Faso en 2005. Les données concernent divers indicateurs, tels que les différentes affectations, l’avancement professionnel et la rémunération. Nous avons également mené des entrevues individuelles avec un sous-échantillon de la cohorte. Nos analyses montrent que les deux types de mesures mises en œuvre, qui s’inscrivent dans le modèle de déficit rural (Ankrah-Dove, 1982), sont efficaces à court terme pour attirer les enseignants dans les zones rurales, mais ont une efficacité limitée à long terme pour les retenir dans les zones rurales les plus difficiles du pays. Les contributions de notre recherche sont multiples. Tout d’abord, elle a permis de réaliser une analyse fine de l’évolution historique des politiques de gestion des enseignants dans le contexte spécifique d’un pays d’Afrique subsaharienne francophone. Sur le plan méthodologique, nous proposons une approche novatrice et adaptée aux contextes particuliers des pays d’Afrique subsaharienne pour analyser la mise en œuvre des politiques de gestion de l’offre et la demande des enseignants. Nous démontrons également le grand intérêt de l’analyse des trajectoires des enseignants comme outil méthodologique dans l’analyse des effets de la mise en œuvre des politiques relatives aux enseignantes. Finalement, sur le plan de la contribution sociale, nous proposons 17 pistes d’amélioration des politiques actuelles qui se veulent les plus pertinentes possible dans le contexte spécifique du Burkina Faso et possiblement celui d’autres pays d’Afrique subsaharienne francophone faisant face à des défis de même nature.fr
dcterms.abstractTeacher shortages constitute one of the main obstacles to achieving quality universal primary education and Sub-Saharan Africa (SSA) remains the region most affected by these shortages (UIS, 2014). There is evidence that teacher shortages are in general more acute in rural and remote areas (RRAs) in this region. There are two main reasons for this situation. First, compared with urban areas, the RRAs of SSA have the lowest school access ratios (Mulkeen & Chen, 2008; UIS, 2006). Efforts to enlarge coverage are therefore concentrated on these areas, which induces an important increase of teacher demand. Second, RRAs usually face great difficulties attracting, recruiting and retaining quality teachers (Mulkeen & Chen, 2008; UNESCO-BREDA, 2009). This has led several SSA countries to design policies aimed at ensuring the availability of teachers in rural schools. In this thesis, we pursue two objectives: 1) describe the policy instruments in place to attract, recruit and retain teachers in Burkina Faso rural areas; and 2) document the implementation of these policy instruments. Our investigation was guided by labor market theories, in particular supply and demand theories as applied to the education sector and teacher labor markets, and Honig’s (2006) model for analyzing contemporary education policy implementation. To understand the effects of education policies, one can draw on various methodological approaches. After reviewing these approaches, we opted for an approach that consists in reconstructing the professional trajectories of a cohort of teachers. More specifically, we used available administrative data to reconstruct the professional trajectories of a sample of 100 teachers who received their first appointment in a region of Burkina Faso in 2005. The data covered items such as their various postings, their career advancement and their remuneration. We also conducted individual interviews with a sub-sample of the cohort. Our analyses show that the two types of policy measures implemented, based on the rural deficit model (Ankrah-Dove, 1982), are effective in the short term to attract teachers in RRAs but have limited long-term effectiveness in retaining them in most hardship RRAs. The contributions of our research are multiple. First, it offers a fine-grained analysis of the historical evolution of teacher management policies in the context of a French-speaking Sub-Saharan African country. From a methodological point of view, the approach we developed is both innovative and specifically relevant to the Sub-Saharan African context when analyzing the implementation of policies designed to manage teacher supply and demand. Our research also demonstrates the significant value of using the analysis of teachers’ professional trajectories as a methodological tool for evaluating the effects of teacher policy implementation. Finally, with regard to to social relevance, we suggest 17 avenues for improving current policies in Burkina Faso. Although they are specifically grounded in the context of this country, these avenues can also be relevant for other French-speaking Sub-Saharan African countries that are experiencing challenges of a similar nature.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record