Show item record

dc.contributor.advisorBonin, Jean-Pierre
dc.contributor.authorRichard, Mélanie
dc.date.accessioned2016-02-19T20:37:04Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2016-02-19T20:37:04Z
dc.date.issued2015-04
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/13145
dc.subjectTransfert de connaissancesfr
dc.subjectSuicidefr
dc.subjectSanté mentalefr
dc.subjectToxicomaniefr
dc.subjectInterventions infirmièresfr
dc.subjectPrévention du suicidefr
dc.subjectTroubles concomitantsfr
dc.subjectKnowledge transmissionfr
dc.subjectMental healthfr
dc.subjectDrug addictionfr
dc.subjectNurse outreachfr
dc.subjectSuicidal preventionfr
dc.subjectConcurrent disordersfr
dc.titleTransfert de connaissances sur les interventions infirmières pour la prévention du suicide auprès des gens vivant avec un trouble concomitant de santé mentale et de toxicomaniefr
dc.typeTravail étudiant / Student work
etd.degree.disciplineSciences infirmièresfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractSelon l’Institut national de santé publique du Québec (2010), le Québec se situe au quatrième rang sur un total de vingt-et-un pays quant au taux de mortalité par suicide. Le suicide est un problème de santé publique; sa prévention fait partie des priorités de celle-ci depuis 1994 (Cliniques psychiatriques de France, 2010). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le suicide comme un problème majeur évitable (Organisation mondiale de la santé, 2011). L’évaluation du risque suicidaire n’est que la première étape dans cette lutte; il faut ensuite intervenir de manière adéquate. Malgré le fait qu’ils soient déjà standardisés et implantés dans l’organisation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), les outils et les connaissances nécessaires pour aider cette clientèle ne sont pas toujours utilisés. À partir du moment où les infirmières ne mettent pas en pratique ce suivi, il ne peut y avoir amélioration de la qualité des soins. Le présent travail a alors pour but d’amener des solutions afin que tous les intervenants de l’unité de Psychiatrie des toxicomanies (UPT) du CHUM évaluent et interviennent de manière adéquate pour prévenir le suicide auprès des gens vivant avec des troubles concomitants. Pour ce faire, le transfert de connaissances pour la prévention du suicide est essentiel dans le but d’améliorer la pratique infirmière ainsi que la qualité et la sécurité des soins. Ce travail sert donc à déterminer le ou les modèles de transfert de connaissances le ou les plus adéquat(s) pour les professionnels de la santé travaillant à la prévention du suicide à l’UPT. Suite à l’analyse critique des écrits théoriques et empiriques des différents modèles de transfert de connaissances, et en tenant compte de la complexité de la mise en place de changements dans la pratique clinique, la combinaison de plusieurs modèles est proposée pour l’intervention clinique. Les principaux modèles théoriques sont ceux du RNAO (2002) et du NICE (2007) ainsi que les stratégies d’Oxman, Thomson, Davis & Haynes (1995) qui permettront l’application du transfert de connaissances dans les interventions infirmières axées sur la prévention du suicide auprès des gens vivant avec un trouble concomitant de santé mentale et de toxicomanie. Des recommandations pour la pratique infirmière et pour la recherche sont suggérées.fr
dcterms.abstractBased on the numbers of the Institut national de santé publique du Québec (2010), the province of Québec ranks fourth among a total of twenty-one countries with its suicidal rate. Suicide is considered a public health problem, its prevention is a priority since 1994 (Cliniques psychiatriques de France, 2010) and it is seen as an avoidable major problem by the World Health Organisation (Organisation mondiale de la santé, 2011). The evaluation of the suicidal risk is only a first step that must lead to an adequate outreach. Despite the fact that tools and knowledge are now available, standardized and implemented in the organisation of the Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), they are not always adequately put into practice. As long as the nurses do not apply correctly the follow-ups, improvements will never be seen in the efficiency of the healthcare. The objectives of the present work are to find-out ways to help all of the outreach workers of the Unité de Psychiatrie des toxicomanies (UPT) of the CHUM in their evaluation process as well as in their practice, and thus ameliorating the prevention of suicides amongst people living with concurrent disorders. In order to achieve this goal, the transmission of suicidal prevention knowledge appears to be a key to improve the nursing work as well as the quality and the security of the healthcare. This study proposes to determine which model or models of knowledge transmission are more adequate for those working in the suicidal prevention section of the UPT. After a critical analysis of diverse models of knowledge transmission found in theoretical and empirical writings, and keeping in mind that changing a clinical practice is a complex and difficult process, we propose a combination of various models. The major theoretical models are the RNAO (2002), the NICE (2007) as well as the Oxman, Thomson, Davis & Haynes strategies (1995), and they should allow the implementation of the knowledge transmission principle in the nursing outreach work oriented towards suicidal prevention, beneficing those living with concurrent disorders of mental health and drug addiction. Some recommendations for the nursing work and research are also presented.fr
dcterms.descriptionTravail dirigé présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l'obtention du grade de Maître ès (M. Sc.) en sciences infirmièresfr
dcterms.languagefrafr
UdeM.cycleÉtudes aux cycles supérieurs / Graduate studies


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record