Show item record

dc.contributor.advisorWright, John
dc.contributor.authorLorange, Justine
dc.date.accessioned2011-09-16T17:28:33Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2011-09-16T17:28:33Z
dc.date.issued2011-07-07
dc.date.submitted2011-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/5314
dc.subjectCompatibilitéen
dc.subjectCouplesen
dc.subjectAttachement adulteen
dc.subjectPersonnalitéen
dc.subjectSatisfaction conjugaleen
dc.subjectDétresse conjugaleen
dc.subjectAnalyse de clusteren
dc.subjectCompatibilityen
dc.subjectCouplesen
dc.subjectAdult attachmenten
dc.subjectPersonalityen
dc.subjectMarital satisfactionen
dc.subjectMarital distressen
dc.subjectCluster analysisen
dc.subject.otherPsychology - General / Psychologie - Généralités (UMI : 0621)en
dc.titleModèle de la compatibilité fondé sur l’attachement et la personnalité chez des couples en détresseen
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologie - recherche et interventionen
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralen
etd.degree.namePh. D.en
dcterms.abstractCette thèse poursuit deux objectifs principaux. Le premier consiste à développer un modèle de la compatibilité conjugale fondé sur les notions d’attachement (évitement de la proximité et anxiété d’abandon) et de personnalité (névrotisme). Le deuxième objectif est d’examiner la validité prévisionnelle de ce modèle de compatibilité chez des couples en psychothérapie conjugale. Dans un premier temps, la présente thèse fait brièvement état de la situation des couples au Québec et des répercussions de la détresse conjugale. Par la suite, la recension de la documentation traite du concept de compatibilité entre conjoints en tant qu’alternative à la conceptualisation des dynamiques de couples. Cette analyse théorique montre ensuite la pertinence d’enrichir les modèles de compatibilité en y introduisant les notions d’attachement et de névrotisme. L’examen de ce modèle est suivi par une description des enjeux méthodologiques et statistiques à prendre en compte pour déterminer les fondements scientifiques des hypothèses sur la compatibilité conjugale. L’analyse de la validité prévisionnelle du modèle de compatibilité proposé compose le cœur de cette thèse. Pour ce faire, des couples effectuant une thérapie conjugale ont complété une série de questionnaires en début de suivi, dont l’Échelle d’ajustement dyadique (Spanier, 1976), le Questionnaire sur les expériences d’attachement amoureux (Brennan, Clark, & Shaver, 1998) et le NEO-FFI (Costa & McCrae, 1992). Les données des 365 couples de l’échantillon sont d’abord analysées en appliquant une méthode fondée sur les modèles d’interdépendance acteur-partenaire (APIM) (Kashy & Snyder, 1995). Les résultats démontrent que la présence d’évitement de la proximité est négativement liée à la satisfaction des conjoints eux-mêmes et à celle de leur partenaire. La méthode APIM révèle aussi que plus l’écart entre les conjoints sur l’évitement et le névrotisme est grand, plus les partenaires rapportent être insatisfaits de leur relation. Les résultats sont ensuite examinés à l’aide d’une technique statistique, l’analyse des regroupements naturels ou des clusters, susceptible de mieux examiner la notion de compatibilité. Cette analyse montre la présence de sept regroupements naturels de conjoints selon leurs scores d’attachement et de névrotisme. De plus, lorsque ces clusters sont croisés en fonction de la détresse conjugale, trois grands sous-types de couples qui engendrent des profils de détresse conjugale distincts émergent des analyses. Ces clusters présentent enfin des différences qualitatives quant à la nature des mandats thérapeutiques confiés aux thérapeutes. Les implications des résultats sont discutées en regard de la validation du modèle de compatibilité fondé sur les notions d’attachement et de névrotisme. Certaines données de la présente thèse suggèrent que ce ne sont pas les caractéristiques de l’un ou de l’autre des conjoints prises isolément, mais plutôt la combinaison des caractéristiques des conjoints qui explique le mieux la nature et la gravité de la détresse conjugale vécue. Plusieurs défis conceptuels, théoriques et méthodologiques sont discutés et des pistes de recherches futures sont proposées afin de consolider les assises scientifiques du modèle de compatibilité.en
dcterms.abstractThe first goal of this thesis is to propose a new model of compatibility. Partner’s compatibility is conceptualized from two attachment dimensions (avoidance and anxiety) as well as personality trait (neurotism). The second goal was to test this model on a sample of couples seeking marital therapy. A critical literature review on the role of compatibility in the understanding of couples’ dynamics is completed, underlining the relevance of improving this concept’s definition by taking attachment and neurotism into account. Methodological and statistical issues to consider are also discussed. To evaluate the predictive validity of the model, 365 couples completed the Dyadic adjustment scale (Spanier, 1976), the NEO-FFI (Costa & McCrae, 1992) and the Experiences in close relationships questionnaire (Brennan, Clark, & Shaver, 1998) at intake. The association between personality, attachment and marital satisfaction is first examined with the Actor-Partner Interdependence Model (Kashy & Snyder, 1995). Results show that attachment avoidance is negatively associated with marital satisfaction for spouses themselves as well as for their partners. Analysis of similarities and differences is then performed, revealing that differences between partners on the combination of avoidance and neurotism are correlated with marital insatisfaction. To examine the patterns of natural groupings between partners in the sample, clusters analyses were conducted. Seven different types of couples exhibiting significant differences in their marital satisfaction were found. Three main groups of couples were identified within these types, the first one regrouping mostly satisfied couples, a second one including very dissatisfied partners and a last one presenting a difference between the man’s and the women’s satisfaction. These results could be considered as provinding preliminary confirmation of our compatibility model based on attachment and neurotism, but these propositions must be validated. Some elements of the present findings suggest that it is the combination of attachment anxiety, avoidance and neurotism between partners that is linked to severity of marital distress. However, many challenges, conceptual, theoretical, as well as methodological, are then discussed and future scientific contributions are proposed in order to consolidate the conceptual base of compatibility.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record