Show item record

dc.contributor.advisorKruzynski, Anna
dc.contributor.advisorLe Bossé, Yann
dc.contributor.authorRacine, Sonia
dc.date.accessioned2011-03-17T14:22:46Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2011-03-17T14:22:46Z
dc.date.issued2011-02-03
dc.date.submitted2010-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/4734
dc.subjectMobilisationen
dc.subjectMobilizationen
dc.subjectPauvretéen
dc.subjectPovertyen
dc.subjectEmpowermenten
dc.subjectEmpowermenten
dc.subjectExclusionen
dc.subjectExclusionen
dc.subjectOrganisationen
dc.subjectOrganizingen
dc.subjectCommunautaireen
dc.subjectCommunityen
dc.subjectOppressionen
dc.subjectOppressionen
dc.subject.otherSocial Sciences - Social Work / Sciences sociales - Travail social (UMI : 0452)en
dc.titleLa mobilisation des personnes en situation de pauvreté et d'exclusion à travers des organismes communautaires québécoisen
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineService socialen
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralen
etd.degree.namePh. D.en
dcterms.abstractCette thèse porte sur le phénomène de la mobilisation de personnes en situation de pauvreté et d’exclusion dans un acteur collectif existant et à travers les espaces collectifs privilégiés que constituent les organismes communautaires. Elle est composée de trois chapitres. La problématique et l’objet d’étude forment le premier, la méthodologie est présentée dans le deuxième alors que les résultats de recherche, combinés à leur analyse et à leur interprétation, constituent le troisième chapitre. La discussion générale des résultats est incluse dans la conclusion. La particularité de cette thèse réside dans l’appréhension globale du phénomène de la mobilisation, l’examinant dans le contexte spécifique de la pauvreté et de l’exclusion en tant qu’oppressions structurelles, et dans la perspective du développement du pouvoir d’agir (empowerment). Considérant que la mobilisation est le fruit de l’amalgame entre un acteur collectif et une action collective, cette recherche apporte d’abord une nouvelle compréhension de l’espace dans lequel se développe le processus de mobilisation. Elle propose en effet une distinction novatrice entre d’une part l’acteur collectif, entité relativement floue et diffuse, et d’autre part l’organisme communautaire en tant que tel, entité aux frontières bien définies, lequel fournit un espace collectif privilégié pour le développement de la mobilisation. Cette différenciation contribue notamment à mieux appréhender les processus qui s’y déroulent et à mieux cerner le rôle que peuvent jouer les organismes communautaires à cet égard. En examinant finement et avec un grand souci du détail le processus de mobilisation vécu par les individus, de leur premier contact avec un organisme communautaire à leur engagement avec un acteur collectif existant, cette recherche propose une nouvelle construction théorique à propos d’une réalité courante, mais peu explorée jusqu’à aujourd’hui, et fournit des pistes pour accompagner le plus adéquatement possible de tels processus. En se centrant sur les aspects individuels de la mobilisation sans pour autant occulter son caractère intrinsèquement collectif, cette thèse contribue à rendre encore plus explicite la nécessaire intégration entre le personnel et le collectif dans l’appréhension des problèmes sociaux, et permet d’en saisir les nombreux effets sur le plan individuel, spécialement en ce qui a trait à la restauration du statut d’acteur. En plus de démontrer clairement les liens existants entre les processus de mobilisation et de développement du pouvoir d’agir individuel et collectif, cette thèse met en évidence les principales pratiques communautaires qui y contribuent et soulève les principaux défis et les contradictions qui y sont associées. Ce faisant, elle nous semble apporter une contribution au renouvellement des pratiques sociales et communautaires.en
dcterms.abstractThis thesis studied the phenomenon of the mobilization of people living in poverty and social exclusion within an existing collective actor and throughout the privileged collective spaces that community organizations comprise. It has three chapters. The first discusses the field of study and the research problem, the second describes the research methodology and the third presents the research results, their analysis and their interpretation. A general discussion of the study’s findings is included in the conclusion. The thesis is unique in its global consideration of the phenomenon of mobilization, examined within the specific context of poverty and social exclusion conceived as structural oppressions as well as from an empowerment perspective. Considering that mobilization results from the amalgamation of a collective actor with a collective action, this thesis brings forth a new understanding of the space in which a mobilization process develops. Indeed, it proposes an innovative distinction between a collective actor, a relatively vague and diffuse entity, and a community organization as such, an entity with well defined borders, that provides a privileged collective space for the development of mobilization. This distinction, in turn, allows for a better grasp of the processes involved and of the role that community organizations can play within them. Based on a thorough and considerably detailed examination of the mobilization process that individuals go through from their first contact with a community organisation to their engagement within an existing collective actor, this research then proposes a new theoretical construct for this current but seldom explored reality and suggests the most adequate avenues for the accompaniment of such processes. Focused on the individual aspects of mobilization and without losing sight of its intrinsically collective character, this thesis reinforces even more explicitly the necessary integration of personal and collective phenomena in the investigation of social problems, and sheds light on the various effects that occur on the individual level, especially regarding the restoration of one’s standing as a social actor. On top of clearly illustrating the links between the process of mobilization and that of individual and collective empowerment, this thesis emphasizes the principal community practices that contribute to them and underscores the main challenges and contradictions associated with them. In this way, it seeks to contribute to the renewal of social and community practices.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record