Show item record

dc.contributor.advisorZadra, Antonio
dc.contributor.authorEnglish, Valérie
dc.date.accessioned2020-07-23T12:00:46Z
dc.date.available2020-07-23T12:00:46Z
dc.date.issued2019-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/23851
dc.subjectCauchemarsfr
dc.subjectContenu oniriquefr
dc.subjectMaltraitance durant l'enfancefr
dc.subjectNightmaresfr
dc.subjectDream contentfr
dc.subjectChildhood abusefr
dc.titleL'évaluation du contenu des pires cauchemars chez les femmes victimes de maltraitance durant l'enfancefr
dc.typeTravail étudiant / Student workfr
etd.degree.disciplinePsychologie cliniquefr
dcterms.abstractLe but de cette étude est d’explorer la relation entre le contenu des pires cauchemars et un historique de maltraitance durant l’enfance chez une population de femmes adultes avec l’hypothèse que les femmes ayant vécu de la maltraitance ont des thèmes et contenus différents dans leurs cauchemars que les non-victimes. Un total de 293 femmes volontaires a complété le Childhood Trauma Questionnaire investiguant leurs expériences de maltraitance durant l’enfance et ont fourni le récit de leur pire cauchemar. Nous avons extrait des variables des récits de cauchemars en utilisant : (1) la classification du contenu des rêves de Hall & Van de Castle (1966); (2) la classification des émotions dans les cauchemars de Zadra, Pilon et Donderi (2006); et (3) des thèmes caractérisant les cauchemars décrits dans la littérature. Nous avons par la suite comparé le contenu des cauchemars en fonction de 2 catégories de maltraitance durant l’enfance, soit l’absence de maltraitance (n = 124) et la maltraitance modérée et sévère (n = 72). Des tests de Mann-Whitney ont montré que le groupe maltraitance modérée et sévère présente en moyenne plus d’interactions agressives et que le groupe aucune maltraitance présente quant à lui plus d’évènements de malchance. Toutefois, ces associations sont faibles (r = ,12) et se révèlent avec un seuil de signification de p < ,01. Des tests de Chi-carré ont également trouvé que le groupe aucune maltraitance présente plus de décès par malchance (17,7%) que le groupe maltraitance modérée et élevée (6,9%; p < ,05). La mise en contexte de ces résultats avec les études précédentes indique une relation entre la maltraitance durant l’enfance et le contenu des cauchemars plus faible que ce qui était attendu considérant le nombre de contenus de cauchemars ayant été analysé. Des pistes de réflexions sur l’association entre les cauchemars et la maltraitance durant l’enfance et les limites de cette étude sont discutées puis des questionnements quant à de futurs sujets de recherche sont explorés.fr
dcterms.abstractThis study’s purpose is to explore the association between the worst nightmares and a history of childhood abuse in adult women with the hypothesis that victims of childhood abuse will have different nightmare themes and contents than the non-victims. 293 volunteers had filled the Childhood Trauma Questionnaire which investigate the experiences of childhood neglect and/or abuse and had provided the narrative of their worst nightmare. We have extracted the worst nightmare’s contents by using (1) the Hall and Van de Castle (1966), (2) the emotions classification from Zadra, Pilon and Donderi (2006) and (3) themes found in the scientific studies. We have then compared the nightmare’s contents according to 2 categories: no childhood abuse (n = 124) and moderate to severe childhood abuse (n = 72). Mann-Whitney tests showed that the moderate to severe childhood abuse group presents in mean more aggressive interactions and that the no childhood abuse group presents more misfortune events. However, these associations are weak (r = .12) and showed at a significance threshold of p < .01. Chi-square tests had also revealed that the no childhood abuse group presents more death by misfortune (17.7%) than the moderate to severe childhood abuse group (6.9%; p < .05). When these results are put in context with the previous scientific studies, it shows a weaker relationship between childhood abuse and nightmare content than what was expected, especially considering the number of nightmare contents that has been analysed. Reflections about the association between childhood abuse and nightmares and the study’s limits will be discussed. Finally, questioning about future study subjects will be explored.fr
dcterms.descriptionEssai présenté à la Faculté des arts et sciences en vue de l'obtention du grade de doctorat en psychologiefr
dcterms.languagefrafr
UdeM.cycleÉtudes aux cycles supérieurs / Graduate studiesfr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record