Show item record

dc.contributor.advisorLippé, Sarah
dc.contributor.authorFortin, Camille
dc.date.accessioned2020-07-14T12:59:20Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2020-07-14T12:59:20Z
dc.date.issued2019-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/23841
dc.subjectÉvaluation socialefr
dc.subjectApprentissage socialfr
dc.subjectCognition socialefr
dc.subjectEnfancefr
dc.subjectNeuropsychologie cliniquefr
dc.subjectSocial evaluationfr
dc.subjectSocial learningfr
dc.subjectInfancyfr
dc.subjectNeuropsychologyfr
dc.subjectSocial cognitionfr
dc.titleL’évaluation sociale et l’apprentissage en contexte social des nourrissonsfr
dc.typeTravail étudiant / Student workfr
etd.degree.disciplinePsychologie cliniquefr
dcterms.abstractL’évaluation sociale est une habileté de nature évolutive qui permet aux humains d’identifier les individus qui sont susceptibles de les aider et de les distinguer de ceux qui pourraient leur causer du tort (Hamlin, Wynn et Bloom, 2007). Essentielle au bon fonctionnement en société, cette habileté se développe dès les premiers mois de vie, influençant la façon dont on perçoit le monde, mais également la façon dont on apprend. En effet, la littérature a démontré que dans la deuxième année de vie, les nourrissons préféraient apprendre d’un individu qu’ils avaient positivement évalué que d’un individu négativement évalué (Hamlin et Wynn, 2012). Dans le cadre de cet essai doctoral, nous cherchons à investiguer le rôle que joue l’évaluation sociale des nourrissons sur leur apprentissage dans un contexte social plus tôt au cours de leur développement, c’est-à-dire dans leur première année de vie. Pour ce faire, nous avons examiné si la préférence sociale des nourrissons, telle que determinée à l’aide d’une adaptation du paradigme Climbing the Hill de Hamlin et ses collègues (2007), influence leur sélection d’informations lors d’une tâche d’apprentissage en contexte social (adaptée de l’étude originale de Wu et Kirkham, 2010). Nos résultats répliquent ceux retrouvés dans l’étude de Hamlin et ses collègues (2007), démontrant que les nourrissons âgés entre six et neuf mois préfèrent les individus posant des actions prosociales envers autrui à ceux qui posent des actions antisociales. Dans la tâche d’apprentissage, on observe un apprentissage spatial général qui n’est toutefois pas celui mis en évidence dans l’étude originale de Wu et Kirkham (2010). On constate également un effet de prosocialité alors que les nourrissons semblent reposer davantage sur les indices sociaux fournis par le personnage positivement évalué, que ceux fournis par le personnage négativement évalué. Toutefois, nous n’avons pas observé d’interaction entre l’effet d’apprentissage et de prosocialité tel qu’attendu. Considérant les limites de ce présent essai doctoral de même que celles inhérentes à la méthode préliminaire utilisée dans cette étude, d’autres recherches sont nécessaires afin d’assurer une meilleure compréhension des résultats actuels et des phénomènes observés.fr
dcterms.abstractSocial assessment is an evolving skill that allows humans to identify individuals that are likely to help them and to distinguish them from those who could harm them (Hamlin, Wynn and Bloom, 2007). This social skill, essential for proper functioning in society, develops in the first few months of life, influencing how we perceive the world and how we learn. Indeed, the literature has shown that in the second year of life, infants prefer to learn from an individual they have positively assessed, rather than from an individual who has been negatively assessed (Hamlin and Wynn, 2012). In this study, we investigate the role of infants’ social evaluation on social learning earlier in their development, in their first year of life. To achieve that, we examined whether infants' social preference, as determined by an adaptation of Climbing the Hill’s paradigm (Hamlin et al., 2007), influences their selection of information during a social learning task (adapted from Wu and Kirkham, 2010). Our results replicate Hamlin and her colleagues’ findings (2007), showing that infants aged between six and nine months prefer prosocial to antisocial individuals. In the social learning task, we observed a general spatial learning which was however not the one found in the original study by Wu and Kirkham (2010). A prosociality effect was also noted, as infants appear to rely more on social cues provided by the positively evaluated character than those provided by the negatively evaluated character. However, we did not observe any interaction between learning effect and prosociality effect, as hypothesized. Considering the limitations of this doctoral thesis and those of the preliminary method used in this experiment, further studies are needed to better understand the current results and observed phenomena.fr
dcterms.descriptionEssai doctoral présenté à la faculté des arts et sciences en vue de l'obtention du grade de Doctorat en psychologie -Option neuropsychologie clinique (D.Psy)fr
dcterms.languagefrafr
UdeM.cycleÉtudes aux cycles supérieurs / Graduate studiesfr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record