Show item record

dc.contributor.advisorRouleau, Joanne-Lucine
dc.contributor.advisorGagnon, Jean
dc.contributor.authorCarrier Emond, Fannie
dc.date.accessioned2019-11-28T16:50:12Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2019-11-28T16:50:12Z
dc.date.issued2019-10-30
dc.date.submitted2019-09
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/22681
dc.subjectCoercition sexuellefr
dc.subjectImpulsivitéfr
dc.subjectUPPS-Pfr
dc.subjectPrise de décisionfr
dc.subjectInhibition de la réponse automatiquefr
dc.subjectTâche du signal-stopfr
dc.subjectSpécificité au domainefr
dc.subjectPsychologie cliniquefr
dc.subjectSexual coercionfr
dc.subjectImpulsivityfr
dc.subjectResponse inhibitionfr
dc.subjectDelay discountingfr
dc.subjectStop-signal taskfr
dc.subjectDomain-specificityfr
dc.subjectClinical psychologyfr
dc.subject.otherPsychology - Clinical / Psychologie clinique (UMI : 0622)fr
dc.titleLes liens entre l’impulsivité et la coercition sexuelle : les apports d’un modèle multidimensionnel et de tâches comportementalesfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologie - recherche et interventionfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractDes études menées auprès d’étudiants universitaires et d’hommes reconnus coupables de crimes sexuels suggèrent que l'impulsivité pourrait être un facteur associé à la perpétration de coercition sexuelle, soit l’utilisation de toute stratégie pour obtenir des contacts sexuels avec une personne non consentante. Le but de cette thèse, composée d’un article théorique et de deux articles empiriques, était de tester les liens entre coercition sexuelle et l’impulsivité dans un échantillon d’étudiants universitaires. Le premier article propose une synthèse des écrits sur l’impulsivité et trois comportements sexuels problématiques : les comportements sexuels à risque, l’infidélité conjugale et la coercition sexuelle. Cet article approfondit l’hypothèse d’une impulsivité spécifique au domaine, c’est-à-dire que l’impulsivité varie d’un domaine à l’autre et que les individus présentant des difficultés de contrôle des impulsions particulièrement dans le domaine de la sexualité soient plus à risque de poser des gestes sexuels problématiques. Des adaptations sexuelles de deux tâches comportementales d’impulsivité – la tâche de dévaluation temporelle et la tâche du signal-stop – y sont présentées comme des méthodologies pertinentes pour tester l’hypothèse d’impulsivité spécifique au domaine. Cent-un étudiants universitaires de sexe masculin et hétérosexuels ont répondu à des questionnaires mesurant l’utilisation passée de coercition sexuelle et l’impulsivité selon une approche multidimensionnelle (UPPS-P). En laboratoire, ils ont effectué une tâche de dévaluation temporelle monétaire, une tâche de dévaluation temporelle sexuelle, et une tâche du signal-stop comprenant des conditions neutres, émotionnelles non-sexuelles et sexuelles. L’article deux présente les résultats relatifs au questionnaire d’impulsivité et à la tâche de dévaluation temporelle. Les étudiants déclarant avoir utilisé la coercition sexuelle dans le passé se distinguent par une tendance à agir impulsivement lorsqu’ils ressentent des émotions négatives, une dévaluation plus impulsive des récompenses sexuelles et une dévaluation moins impulsive des récompenses monétaires. Ces résultats suggèrent que le processus décisionnel des utilisateurs de coercition sexuelle est plus impulsif dans les contextes sexuels que dans les contextes non sexuels. Les résultats relatifs à la tâche du signal-stop, présentés dans l’article trois, révèlent que les utilisateurs de coercition sexuelle présentent de plus faibles performances d'inhibition comportementale que les non-utilisateurs de coercition sexuelle, et ce indépendamment de la présentation de stimuli sexuels. Ainsi, la coercition sexuelle serait davantage associée à une difficulté globale à arrêter un comportement une fois qu’il est initié. De façon générale, la présente thèse dresse un portrait complexe des liens entre la coercition sexuelle et l’impulsivité, soulignant la pertinence d’utiliser de multiples mesures d’impulsivité pour capter les variations intra-individuelles. Il appert que la fonction de prise de décision est plus susceptible à un effet de spécificité au domaine que les fonctions inhibitrices. Ces résultats suggèrent que la coercition sexuelle est associée à une combinaison de caractéristiques non-spécifiques à la sexualité (c.-à-d., manque d’inhibition et réactivité émotionnelle) et spécifiques à la sexualité (c.-à-d., prise de décision sexuelle impulsive). De nouvelles études apparaissent nécessaires pour déterminer si l’impulsivité joue un rôle causal dans la coercition sexuelle et pour comprendre ses interactions avec les facteurs culturels, interpersonnels et situationnels qui aggravent ou mitigent le risque de coercition sexuelle.fr
dcterms.abstractStudies conducted with college students and men convicted of sexual crimes suggest that impulsivity may be a factor associated with the perpetration of sexual coercion, defined as the use of any strategy to engage in sexual contact with a non-consenting person. Through one theoretical and two empirical articles, this dissertation tested the links between sexual coercion and impulsivity in a sample of university students. The first article offers a review of the literature on the associations between impulsivity and three problematic sexual behaviors: risky sexual behaviors, marital infidelity and the perpetration of sexual coercion. The article elaborates the hypothesis of domain-specific impulsivity, meaning that impulsivity may vary from one domain to another and that individuals with impulse control difficulties particularly in the sexual domain are more likely to engage in problematic sexual behaviors. Sexual adaptations of two behavioral impulsivity tasks - the delay discounting task and the stop-signal task - are presented as relevant methodologies for testing the hypothesis of a domain-specific impulsivity. One hundred and one male and heterosexual university students were recruited to participate in a quasi-experimental study. They first completed online questionnaires measuring sexual coercion perpetration and impulsivity using a multidimensional model (UPPS-P). Participants then completed an experimental session that included a money discounting task, a sexual discounting task, and a stop-signal task involving neutral, erotic and non-erotic emotional conditions. The second article presents the results pertaining to the impulsivity questionnaire and the results of the delay discounting tasks. Past perpetration of sexual coercion is associated with a tendency to act impulsively in the presence of negative emotions, a more impulsive sexual decision-making, and a less impulsive monetary decision-making. These results suggest that the decision-making process of students who report having engaged in sexual coercion is more oriented toward immediate gratification in sexual contexts than in non-sexual contexts. The results pertaining to the stop-signal task, presented in article 3, indicate that sexual coercion perpetrators present poorer response inhibition performances than non-perpetrators, regardless of the nature of the stimuli. Thus, sexual coercion would be more associated with a global difficulty in stopping a behavior once it is initiated rather than a specific inhibition difficulty when exposed to erotic cues. In general, this dissertation paints a complex picture of the links between sexual coercion and impulsivity, highlighting the relevance of using multiple impulsivity measures to capture intra-individual variations. It appears that the decision-making process is more susceptible to a domain-specific effect than inhibitory skills. These findings suggest that sexual coercion is associated with a combination of non-sexual (i.e., lack of motor inhibition and emotional reactivity) and sexuality related characteristics (i.e., impulsive sexual decision-making). Further studies appear necessary to determine whether impulsivity plays a causal role in sexual coercion and to investigate its interactions with cultural, interpersonal, and situational factors that exacerbate and mitigate the risk of sexual coercion.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record