Show item record

dc.contributor.advisorRodriguez Del Barrio, Lourdès
dc.contributor.authorKhoury, Emmanuelle
dc.date.accessioned2018-06-18T18:14:42Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-18T18:14:42Z
dc.date.issued2018-05-10
dc.date.submitted2017-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20630
dc.subjectRétablissementfr
dc.subjectSanté mentalefr
dc.subjectSuivi intensif dans le milieufr
dc.subjectPratiquesfr
dc.subjectRecoveryfr
dc.subjectMental healthfr
dc.subjectAssertive Community Treatmentfr
dc.subjectPracticefr
dc.subject.otherSocial Sciences - Social Work / Sciences sociales - Travail social (UMI : 0452)fr
dc.titleThe recovery perspective in assertive community treatment : how is it done and what does it mean to services users and service providers?fr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineService socialfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractLa présente étude s’intéresse à l’approche du rétablissement dans les milieux de pratique en santé mentale au Québec. Par le biais d’une analyse des actions et des interactions quotidiennes des divers acteurs impliqués au sein d’une équipe d’intervention communautaire de Suivi Intensif dans le Milieu (SIM), la recherche menée permet de comprendre une des applications des politiques québécoises en santé mentale. En mettant en contexte les actuelles politiques de santé mentale, les deux premiers chapitres illustrent certains des paradoxes, des défis et des préoccupations liés aux diverses conditions de pratique dans le champ de la santé mentale. Plus spécifiquement, il présente le développement du Suivi Intensif dans le Milieu (SIM) et la pratique axée sur le rétablissement, ainsi que leur légitimation, au regard des approches d’intervention préconisées en santé mentale au Québec et des contextes organisationnels dans lesquelles elles sont mises en œuvre. Le troisième chapitre expose le cadre théorico-conceptuel de l’étude, lequel s’ancre dans la perspective critique constructiviste, et s'inspire de la « pratique critique » (critical practice), de l'ethnométhodologie et des framing theory pour l'analyse des données empiriques. Le cadre méthodologique qui circonscrit la recherche, et notamment l’approche par observation-participante, qui s’est étalée sur une période de 7 mois d’immersion au sein d’une équipe SIM à Montréal, fait l’objet du quatrième chapitre. De façon cohérente avec la méthode ethnographique, le cinquième chapitre fournit une description en profondeur du contexte de pratique, de l’équipe d’intervention choisie et étudiée ainsi que des acteurs qui la composent. À l’intersection des paradigmes de la médicine traditionnelle, du rétablissement et des perspectives managériales influençant le champ de la santé mentale, le sixième chapitre met en perspective les opportunités et les défis qui émanent des actions et des interactions de l’équipe SIM observée. Quant au septième chapitre, il résume les expériences quotidiennes des personnes utilisatrices et des intervenants, par le biais des observations consignées à propos de leurs rôles professionnels et sociaux, de leurs activités ainsi que de leurs échanges et interactions. En s'appuyant sur des exemples de cas, des citations détaillées ainsi que sur les observations menées, chacun de ces trois chapitres de résultats explicitent les tenants et aboutissants des actions et des interactions quotidiennes, ainsi que l’influence du contexte organisationnel, des schémas de pratique et des discours dominants en santé mentale. Le dernier chapitre se penche sur les modalités et les dynamiques d’interaction des intervenants et des utilisateurs de services, au regard du contexte local et urbain de pratique. En focalisant ainsi sur les contenus relationnels des échanges entre les acteurs, cette discussion offre une analyse approfondie des modes de (re)production de la folie, et de leur mobilisation dans le champ de la santé mentale au Québec.fr
dcterms.abstractThe present study proposes an exploration of the daily actions and interactions amongst various actors in an Assertive Community Treatment psychiatric team as a way to understand the practical operationalization of mental health policy orientations such as recovery. Chapters one and two illustrate some of the paradoxes, challenges and concerns related to the various conditions of mental health practice in an intensive community mental health team in the context of current mental health policies. In particular, the development and ensuing legitimacy of both Assertive Community Treatment and recovery-oriented practice in Québec as well as the current organizational contexts and intervention approaches are detailed. The third chapter outlines the framework for the study, which is based on a critical constructionist perspective and draws upon critical practice, ethnomethodology, and framing theories for data analysis. The fourth chapter summarizes the ethnographic methodology undertaken for data collection. This transpired during 7 months of immersive participant observation with an urban Montréal team of mental health professionals and service users. Consistent with ethnographic methods, the fifth chapter presents a “thick description” of the team, the various actors, and the context of practice. The sixth chapter illustrates the opportunities and challenges of acting and interacting in an intensive community mental health team at the intersection of traditional medical paradigms, and recent policy paradigms, such as recovery and managerialism. The seventh chapter illustrates everyday experiences of service providers and service users as seen through their activities and conversations as well as the actualization of their roles. Drawing on case examples and detailed citations and observations each of the three results chapters explains how daily actions and interactions are accomplished and influenced by context, practice routines, and conversations. The eighth chapter reflects on the ways service providers and service users in a local, urban Montréal ACT team interact in their current context. This final discussion chapter provides a deeper reflection as to how and why relationships with each other, and with madness, are produced and mobilized.fr
dcterms.languageengfr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record