Show item record

dc.contributor.advisorde la Sablonnière, Roxane
dc.contributor.authorVelásquez Zapata, Jorge Mario
dc.date.accessioned2017-05-26T18:50:56Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2017-05-26T18:50:56Z
dc.date.issued2017-03-28
dc.date.submitted2016-08
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/18820
dc.subjectPouvoir conjugalfr
dc.subjectMarital powerfr
dc.subjectImmigrationfr
dc.subjectCouplesfr
dc.subjectColombiensfr
dc.subjectColombiansfr
dc.subjectDurée de séjourfr
dc.subjectLength of stayfr
dc.subjectIdentificationfr
dc.subject.otherPsychology - Social / Psychologie sociale (UMI : 0451)fr
dc.titlePouvoir conjugal et immigration chez des couples colombiens immigrants à Montréalfr
dc.typeThèse ou Mémoire numérique / Electronic Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractLes effets de l'immigration sur les individus comme étant le résultat des influences sociales, culturelles et économiques du nouveau contexte sont très bien connus dans la littérature scientifique. Ainsi, pour ceux qui ont immigré en couple, l'expérience d'immigration les amène à renégocier leurs rôles afin de s'ajuster aux conditions du nouvel environnement. Cette renégociation apporte des changements dans la répartition du pouvoir conjugal et permet l'adaptation de chacun des partenaires à la nouvelle société ainsi que le retour à l'équilibre dans le couple. Cependant, cette adaptation ne se fait pas de façon uniforme entre les hommes et les femmes. La présente recherche vise à prédire les changements dans la répartition du pouvoir conjugal au sein de trente couples d'origine colombienne ayant immigré à Montréal, en fonction de la durée de séjour et de leur degré d'identification à la société d'accueil (Canada et Québec). Le pouvoir conjugal est évalué dans cette étude selon la perception des membres du couple face à leurs responsabilités respectives lors de la prise de décisions globale ainsi que dans quatre catégories spécifiques, avant et après avoir immigré à Montréal. À propos de la durée de séjour, les données obtenues révèlent que, pour les femmes, le temps vécu dans la société d'accueil permet de prédire des changements dans la répartition du pouvoir conjugal. Ces résultats confirment aussi que ces changements favorisent l'augmentation du pouvoir des femmes au sein du couple dans deux des quatre catégories, soit « loisirs et activités sociales » et « soins et éducation des enfants ». Cependant, la perception des femmes n'est pas partagée par les hommes ; pour les hommes, le temps passé dans la société d'accueil ne permet pas de prédire des changements dans la répartition du pouvoir conjugal. Concernant le degré d'identification, nos données révèlent que, pour les femmes interviewées, l'identification au Canada peut prédire des changements dans la répartition du pouvoir conjugal au niveau global. En ce qui concerne le degré d'identification au Québec, celui-ci permet de prédire des changements dans la répartition du pouvoir conjugal dans la catégorie « soins et éducation des enfants », tant chez les hommes que chez les femmes.fr
dcterms.abstractThe effects of immigration on individuals as the result of social, cultural and economic influences of the new context are well known in the scientific literature. So for those who immigrated as a couple, the immigration experience leads them to renegotiate their roles in order to adjust to the conditions of the new environment. This renegotiation makes changes in the distribution of marital power and allows the adaptation of the partners in the new society and the return to balance in the couple. However, this adaptation is not done evenly between men and women. This research aims to predict changes in the distribution of marital power among a group of thirty Colombian couples who immigrated to Montreal, depending on length of stay and degree of identification with the host society (Canada and Quebec). Marital power is evaluated in this study according to the perception of the partners about their responsibilities in making global decisions and in four specific categories before and after immigrating to Montreal. About the length of stay, the data obtained show that, for women, the time lived in the host society predicts changes in the distribution of marital power. These results also confirm that these changes favour the empowerment of women within the couple in two of four categories: « leisure time and social activities » and « care and education of children ». However, the perception of women is not shared by men ; for men, the time spent in the host society does not predict changes in the distribution of marital power. Regarding the degree of identification, our data show that for the women interviewed, identification with Canada can predict changes in the distribution of marital power globally. Regarding the degree of identification with Quebec, it predicts changes in the distribution of marital power in the « care and education of children » category for both men and women.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record