Show item record

dc.contributor.advisorBrambati, Simona
dc.contributor.authorFortin-Girard, Alexandra
dc.date.accessioned2015-10-21T18:28:45Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2015-10-21T18:28:45Z
dc.date.issued2015-09-23
dc.date.submitted2015-04
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/12360
dc.subjectVieillissementfr
dc.subjectVieillissement normalfr
dc.subjectFaux souvenirsfr
dc.subjectNeuropsychologiefr
dc.subjectCognitionfr
dc.subjectMémoire épisodiquefr
dc.subjectFonction mnésiquefr
dc.subjectFonctions exécutivesfr
dc.subjectFonction temporale médianefr
dc.subjectFonction frontalefr
dc.subjectAgingfr
dc.subjectNormal agingfr
dc.subjectFalse memoryfr
dc.subjectNeuropsychologyfr
dc.subjectCognitionfr
dc.subjectEpisodic memoryfr
dc.subjectMemory functionfr
dc.subjectExecutive functionsfr
dc.subjectMedial temporal functionfr
dc.subjectFrontal functionfr
dc.subject.otherPsychology - Cognitive / Psychologie cognitive (UMI : 0633)fr
dc.titleÉvaluation de l’effet de faux souvenirs en vieillissement normal : validation de scores composites des fonctions temporale médiane et frontale et contribution aux hypothèses théoriquesfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologie - recherche et interventionfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractL’avancement en âge est associé à plusieurs modifications cognitives, dont un déclin des capacités à mémoriser et/ou à rappeler les événements vécus personnellement. Il amène parallèlement une augmentation des faux souvenirs, c.-à-d. le rappel d’événements qui ne se sont pas réellement déroulés. Les faux souvenirs peuvent avoir d’importantes répercussions dans la vie quotidienne des personnes âgées et il importe donc de mieux comprendre ce phénomène en vieillissement normal. Des études ont démontré l’importance de la fonction des lobes temporaux médians (FTM)/mémoire et de la fonction des lobes frontaux (FF)/fonctions exécutives dans l’effet de faux souvenirs. Ainsi, la première étude de la thèse visait à valider en français une version adaptée d’une méthode proposée par Glisky, Polster, & Routhieaux (1995), permettant de mesurer ces fonctions cognitives (Chapitre 2). L’analyse factorielle de cette étude démontre que les scores neuropsychologiques associés à la mémoire se regroupent en un facteur, le facteur FTM/mémoire, alors que ceux associés aux fonctions exécutives se regroupent en un deuxième facteur, le facteur FF/fonctions exécutives. Des analyses « bootstrap » effectuées avec 1 000 ré-échantillons démontrent la stabilité des résultats pour la majorité des scores. La deuxième étude de cette thèse visait à éclairer les mécanismes cognitifs (FTM/mémoire et FF/fonctions exécutives) ainsi que théoriques de l’effet de faux souvenirs accru en vieillissement normal (Chapitre 3). La Théorie des Traces Floues (TTF; Brainerd & Reyna, 1990) propose des explications de l’effet de faux souvenirs pour lesquelles la FTM/mémoire semble davantage importante, alors que celles proposées par la Théorie de l’Activation et du Monitorage (TAM; Roediger, Balota, & Watson, 2001) sont davantage reliées à la FF/fonctions exécutives. Les tests neuropsychologiques mesurant la FTM/mémoire ainsi que ceux mesurant la FF/fonctions exécutives ont été administrés à 52 participants âgés (moyenne de 67,81 ans). Basé sur l’étude de validation précédente, un score composite de la FTM/mémoire et un score composite de la FF/fonctions exécutives ont été calculés pour chaque participant. Ces derniers ont d’abord été séparés en deux sous-groupes, un premier au score FTM/mémoire élevé (n = 29, âge moyen de 67,45 ans) et un deuxième au score FTM/mémoire faible (n = 23, âge moyen de 68,26 ans) en s’assurant de contrôler statistiquement plusieurs variables, dont le score de la FF/fonctions exécutives. Enfin, ces participants ont été séparés en deux sous-groupes, un premier au score FF/fonctions exécutives élevé (n = 26, âge moyen 68,08 ans) et un deuxième au score FF/fonctions exécutives faible (n = 25, âge moyen de 67,36 ans), en contrôlant les variables confondantes, dont le score de la FTM/mémoire. Les proportions de vraie et de fausse mémoire (cibles et leurres associatifs) ont été mesurées à l’aide d’un paradigme Deese-Roediger et McDermott (DRM; Deese, 1959; Roediger & McDermott, 1995), avec rappel et reconnaissance jumelée à une procédure « Je me souviens / Je sais » (Tulving, 1985) chez les 52 participants âgés ainsi que chez 22 jeunes (âge moyen de 24,59 ans), apparié pour les années de scolarité. D’abord, afin de tester l’hypothèse de la TTF (Brainerd & Reyna, 1990), ces proportions ont été comparées entre les jeunes adultes et les deux sous-groupes de personnes âgées catégorisées selon le score de la FTM/mémoire. Ensuite, afin de tester l’hypothèse de la TAM (Roediger et al., 2001), ces proportions ont été comparées entre les jeunes adultes et les deux sous-groupes de personnes âgées catégorisées selon le score de la FF/fonctions exécutives. Il s’agit de la première étude qui compare directement ces hypothèses à travers de nombreuses mesures de vraie et de fausse mémoire. Les résultats démontrent que seule la FTM/mémoire modulait l’effet d’âge en vraie mémoire, et de manière quelque peu indirecte, en fausse mémoire et dans la relation entre la vraie et la fausse remémoration. Ensuite, les résultats démontrent que seule la FF/fonctions exécutives jouerait un rôle dans la fausse reconnaissance des leurres associatifs. Par ailleurs, en des effets d’âge sont présents en faux rappel et fausse remémorations de leurres associatifs, entre les jeunes adultes et les personnes âgées au fonctionnement cognitif élevé, peu importe la fonction cognitive étudiée. Ces résultats suggèrent que des facteurs autres que la FTM/mémoire et la FF/fonctions exécutives doivent être identifiés afin d’expliquer la vulnérabilité des personnes âgées aux faux souvenirs. Les résultats de cette thèse sont discutés à la lumière des hypothèses théoriques et cognitives en faux souvenirs (Chapitre 4).fr
dcterms.abstractAging is associated with many cognitive modifications, including a decline in the ability to memorize and/or recall events personally experienced. In parallel, it also causes an increase in false memories, which is the recall of an event that did not actually happen. False memories can have important consequences in the daily life of elderly persons and it is thus very important to better understand this phenomena in normal aging. Some studies demonstrated the critical role of medial temporal lobe functions (MTL)/memory and frontal lobe functions (FL)/executive functions in the explanation of false memories. Thus, the goal of the first study was to validate a French and adapted version of the Glisky, Polster, & Routhieaux, (1995) methodology used to assess those cognitive functions (Chapter 2). A factorial analysis showed that neuropsychological scores associated with memory loaded onto one factor, the MTL/memory factor, while neuropsychological scores associated with executive functioning loaded onto a second factor, the FL/executive functions factor. Bootstrap analyses with a 1,000 re-samples showed stability for the majority of the scores in the original factor analysis. The goal of the second study was to examine the theoretical hypothesis and cognitive mechanisms (MTL/memory function and FL/executive functions) underlying the increase false memory effect in healthy aging, compared to young adults (Chapter 3). The Fuzzy Trace Theory (FTT; Brainerd & Reyna, 1990) proposes greater implication of MTL/memory function, whereas the Activation/Monitoring Framework (AMF; Roediger, Balota, et al., 2001) proposes greater implication of FL/executive functions as a theoretical explanation of false memory in aging. Fifty two older adults (mean age of 67.81 years) were tested with the neuropsychological tests associated with MTL/memory and scores associated with FL/executive functions. Based on the previous validation study, MTL/memory composite score and FL/executive functions composite score were calculated for each participant. Older adults were first categorized as high (n = 29, mean age of 67.45 years) or low on the MTL/memory function’s score (n = 23, mean age of 68.26 years) with careful statistical control of confounding variables, such as the FL/executives functions score. They were then categorized as high (n = 26, mean age of 68.08 years) or low (n = 25, mean age of 67.36 years) on the FL/executive functions’ score with the statistical control of confounding variables, such as the MTL/memory score. Proportions of true and false memory (targets and critical lures) were measured with a Deese-Roediger and McDermott paradigm (DRM; Deese, 1959; Roediger & McDermott, 1995), with free recall and recognition with « Remember / Know » judgments (Tulving, 1985) and were acquired for the 52 older adults and in 22 young adults (mean age of 24.59 years), matched for years of education. These proportions were compared across young adults and the two subgroups of older adults categorized on the MTL/memory function score in order to test the FTT hypothesis. Then, these proportions were compared across young adults and the two subgroups of older adults categorized on the FL/executive functions score in order to test the AMF hypothesis. Importantly, this is the first study to directly compare these hypothesis with numerous true and false memory measures. Results showed that MTL/memory function uniquely modulated the differences in age effects in DRM true memory, and in a more indirect way, in false memory and the relation between true and false recollection. Furthermore, results showed that only FL/executive functions played a role in false recognition of critical lures. Moreover, age effects in false recall and in false recollection were always observed between young adults and high performing older adults, regardless of the cognitive function studied. This finding suggests that factors other than MTL/memory and FL/executive functions need to be identified in order to better understand the increased vulnerability of false memory in older adults. Results are discussed in light of theoretical and cognitive hypotheses of false memory (Chapter 4).fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record