Show item record

dc.contributor.advisorLegendre, Claire
dc.contributor.authorSaint-Laurent-Sénécal, Flavie
dc.date.accessioned2019-01-11T19:06:31Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2019-01-11T19:06:31Z
dc.date.issued2018-10-18
dc.date.submitted2018-05
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/21262
dc.subjectAutofictionfr
dc.subjectrécit spéculairefr
dc.subjectmise en abymefr
dc.subjectHouellebecqfr
dc.subjectCoetzeefr
dc.subjectspecular narrativefr
dc.subject.otherLiterature - Comparative / Littérature - Comparée (UMI : 0295)fr
dc.titleL’écriture autofictionnelle dans La carte et le territoire de Michel Houellebecq et L’été de la vie de J.M. Coetzeefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineLittératures de langue françaisefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM.A.fr
dcterms.abstractDevenue un des genres phares de la littérature contemporaine et ultra-contemporaine, légitimée et privilégiée par de nombreux écrivains, l’autofiction emprunte des formes variées. Michel Houellebecq, dans La Carte et le territoire (2010), et J.M. Coetzee, dans L’Été de la vie (titre original : Summertime, 2009), explorent une voie originale de la mise en fiction de soi : l’autofiction spéculaire, selon le concept introduit par Vincent Colonna. Nous proposons une lecture des deux romans qui les situe dans ce courant, notamment par le recours aux procédés de la mise en abyme et de la métalepse. Dans leur roman respectif, Houellebecq et Coetzee sont élevés au rang de personnage. Les auteurs utilisent deux procédés rares : la fiction de soi se fait à la troisième personne à travers le regard de personnages fictifs et ils mettent en scène leur propre mort. Ils élaborent ainsi un jeu par lequel ils cherchent, non sans ironie et par le biais de la fiction, à recréer leur image publique et, par-delà, à influencer leur position dans le champ littéraire. L’interprétation des procédés de recréation romanesque de soi dévoile le rôle joué par les personnages d’auteur et l’effet de leurs représentations successives sur le lecteur au cours du récit. Le procédé de mise à mort du personnage de l’auteur retient particulièrement l’attention. L’exploration comparée des deux romans recourt aux notions d’effet-personnage et de posture afin de saisir les intentions poursuivies par Houellebecq et Coetzee. Enfin, la discussion sur la proposition d’autofiction spéculaire dévoile le jeu de miroirs et de réflexions développé par Houellebecq et Coetzee, pour se représenter eux-mêmes en tant qu’écrivain –l’un grand auteur l’autre nobélisé – à comparer à leur portrait d’homme sans qualité qu’ils s’amusent à mettre en scène.fr
dcterms.abstractHaving become one of the pioneering genres in contemporary and ultra-contemporary literature, legitimized and favoured by numerous writers, autofiction takes various forms. Michel Houellebecq, in La Carte et le territoire (2010), and J.M. Coetzee, in Summertime (2009), explore an original subgenre of autofiction : autofiction spéculaire, based on the concept introduced by Vincent Colonna. We are proposing a reading of the two novels that situates them in this stream, namely through the use of the processes of mise en abyme (literally, “placed into abyss”) and metalepsis. In their respective novels, Houellebecq and Coetzee are given the status of characters. They use two rare processes: third-person autofiction through the viewpoint of fictional characters and they depict their own death. They thus create a game through which they seek, not without irony and through fiction, to recreate their own public image and, beyond which, to influence their place in the literary world. The interpretation of fictional processes of self-recreation reveals the role played by the author’s characters and the effect on the reader of their successive representations during the narrative. The comparative exploration of the two novels uses the notions of character-effect and posture in order to understand Houellebecq and Coetzee’s intentions. Lastly, the discussion on the autofiction spéculaire reveals a game of mirrors and reflections developed by Houellebecq and Coetzee so that they can represent themselves as writers – one as a great author and the other as a Nobel prize winner – compared to their depiction of a real man without any qualities which they enjoy portraying.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record