Afficher la notice

dc.contributor.advisorOberhuber, Andrea
dc.contributor.authorLe Corre, Daisy
dc.date.accessioned2018-05-29T14:05:08Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-05-29T14:05:08Z
dc.date.issued2018-03-21
dc.date.submitted2017-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20122
dc.subjectAndrogyniefr
dc.subjectGynandriefr
dc.subjectDécadencefr
dc.subjectMonstresfr
dc.subjectIdentités genréesfr
dc.subjectCatulle Mendèsfr
dc.subjectAndrogynyfr
dc.subjectGynandryfr
dc.subjectDecadencefr
dc.subjectMonsterfr
dc.subject.otherLiterature - General / Littérature - Généralités (UMI : 0401)fr
dc.titleFigures gynandres chez Catulle Mendès : Les Oiseaux bleus, Méphistophéla et Monstres parisiensfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineLittératures de langue françaisefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM.A.fr
dcterms.abstractLes personnages à l’identité trouble sont nombreux dans l’œuvre romanesque de Catulle Mendès. À la frontière du féminin et du masculin, ils se distinguent du reste du monde tant par leur apparence physique que par leur singularité psychique, occupant ainsi une place à part dans l’univers mendésien. Sont-ils des femmes, sont-elles des hommes ? À plusieurs reprises, le doute subsiste chez le lecteur, et l’auteur se réjouit de semer le trouble dans le genre. Si l’on connaît la fascination que vouait Catulle Mendès à l'androgynie masculine, son intérêt pour les cas d’androgynie féminine, qualifiée par Péladan de « gynandrie », est largement passé inaperçu dans les études critiques jusqu’à présent. Loin de l'image positive de l'androgyne masculin tel que le fictionnalisent les écrivains de la seconde moitié du XIXe siècle, « l’androgyne-femelle » revêt plutôt des caractéristiques monstrueuses, voire diaboliques. La gynandre, cette femme virilisée qui entretient avec le dandy fin-de-siècle des liens étroits, se démarque par sa représentation comme figure marginale qui se trouve, toutefois, au centre de nombreuses intrigues où glorification et peur du féminin s’entremêlent. L'étude de ces « femmes-hommes » prend alors tout son sens et permet d'entrevoir une nouvelle facette de l'œuvre romanesque de Mendès où la question d’un féminin hybride, symbole de la reconfiguration des identités sexuées et sexuelles, constitue en effet une matière vivante et complexe. Pour mener à bien notre étude, nous avons choisi de nous appuyer sur trois œuvres de Catulle Mendès qui mettent en scène chacune un personnage gynandre différent : Méphistophéla, Les Oiseaux bleus et Monstres parisiens. Grâce aux outils de l’histoire littéraire, des études sur le décadentisme, des gender studies et de la théorie queer, nous examinerons la place qu’occupe la gynandre dans l’imaginaire fin-de-siècle, ainsi que les thèmes et les motifs lui étant associés.fr
dcterms.abstractIn the fictional works of Catulle Mendes, many characters with troubled identities can often found. Standing on a thin line between the feminine and the masculine, they are distinguished from the rest by their physical appearances as well as by their psychic singularities, occupying a special place in the Mendesian universe. Are they women, are they men? On several occasions, the reader is overcome with doubt about the character’s gender. If we know Catulle Mendes' fascination with masculine androgyny, his interest in the cases of female androgyny, described by Peladan as "gynandry," has largely gone unnoticed in critical studies so far. Far from the positive image of the androgynous male fictionalized by the writers of the second half of the nineteenth century, the "androgynous-female" is rather monstrous or even diabolical. The gynandry, a virile woman who maintains close ties with the end-of-century dandy, is distinguished by her representation as a marginal figure who is at the center of many intrigues, where glorification and fear of the feminine intermingle. The study of these "women-men" takes on its full meaning and allows us to glimpse into a new facet of Mendes’s work, in which the question of a hybrid feminine, symbol of the reconfiguration of the sexe and sexual identities, constitutes a living and complex matter. In order to carry out our study, we chose to rely on three works by Catulle Mendès, each of which depicts a different gynandrous character: Méphistophéla, Les Oiseaux bleus and Monstres parisiens. With the use of literary history, studies on decadentism, gender studies and queer theory, we will examine the gynandrous roles in the end-of-century imagination, as well as the themes and motives associated with it.fr
dcterms.languagefrafr


Fichier(s) constituant ce document

Vignette

Ce document figure dans la(les) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice