Show item record

dc.contributor.authorLarrue, Jean-Marc
dc.date.accessioned2016-03-04T21:52:07Z
dc.date.available2016-03-04T21:52:07Z
dc.date.issued1990
dc.identifier.citationLarrue, Jean-Marc, « “Bousille et les justes” », Jeu : revue de théâtre, no 56, 1990, p. 152‑154.fr
dc.identifier.urihttp://id.erudit.org/iderudit/27130ac
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/13194
dc.publisherCahiers de théâtre Jeu inc.
dc.subjectGratien Gélinasfr
dc.subjectThéâtre québécoisfr
dc.subjectGélinas, Gratienfr
dc.subjectBousille et les justes (oeuvre)fr
dc.subjectHistoire du théâtrefr
dc.title« Bousille et les justes »fr
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériquesfr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des arts et des sciences. Département des littératures de langue françaisefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Canada Research Chair on Digital Textualitiesen
dcterms.abstractC'est le 17 août 1959, soit plus de onze ans après la première de « Tit-Coq » et moins d'un mois avant la mort de Duplessis, qu'était créé le deuxième drame de Gratien Gélinas, « Bousille et les Justes ». La critique, quoique favorable, ne fut pas unanime. Elle reprocha à l'oeuvre de s'éterniser, de maltraiter gratuitement la religion et la famille, de sombrer parfois dans la grossièreté et la vulgarité. En dépit de ces réserves, la pièce obtint un succès considérable, plus retentissant encore que celui de « Tit-Coq ». [...]fr
dcterms.bibliographicCitationJeu ; no 56
dcterms.isPartOfurn:ISSN:0382-0335
dcterms.isPartOfurn:ISSN:1923-2578
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion acceptée / Accepted Manuscript


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record