Show item record

dc.contributor.advisorTanner, Samuel
dc.contributor.advisorOuimet, Marc
dc.contributor.authorGris, Jean-Charles
dc.date.accessioned2012-09-24T18:26:57Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2012-09-24T18:26:57Z
dc.date.issued2012-09-04
dc.date.submitted2012-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/8604
dc.subjectViolences collectivesen
dc.subjectCollective violenceen
dc.subjectÉmeutesen
dc.subjectRiotsen
dc.subjectAnalyses quantitativesen
dc.subjectData Analysisen
dc.subjectMondeen
dc.subjectWorlden
dc.subject.otherSociology - Criminology and Penology / Sociologie - Criminologie et établissements pénitentiaires (UMI : 0627)en
dc.titleMacro-analyse quantitative des facteurs d’émergence des émeutes : une nouvelle approche de compréhension mondiale des violences collectivesen
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineCriminologieen
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sen
etd.degree.nameM. Sc.en
dcterms.abstractSuite aux émeutes du Printemps Arabe de 2011 et l’incapacité avouée à prévoir ce genre d’évènements à l’échelle mondiale, nous nous sommes intéressés à une nouvelle approche macroscopique quantitative qui doit permettre de mieux comprendre cette problématique dans son ensemble. Après avoir considéré, au travers des connaissances existantes, la conception d’un cadre théorique éclectique considérant l’émergence des émeutes, nous avons procédé à une analyse par recension de leurs facteurs regroupés en sphères politiques, économiques, sociales et technologiques. De ces analyses nous avons tiré trois grandes catégories d’émeutes, à savoir, les émeutes ethniques-religieuses, les émeutes socio-économiques, et les émeutes de masse-politiques. Dans la deuxième partie de notre recherche, nous avons abordé la problématique sous l’angle quantitatif. Tout d’abord, nous avons effectué des analyses bivariées entre les différentes catégories d’émeutes et les différentes sphères de variables. Nous avons ainsi remarqué que les émeutes de masse-politiques sont principalement sensibles aux facteurs politiques des pays. Les émeutes socio-économiques de notre échantillon sont quant-à-elles fortement liées aux variables des sphères sociales et économiques. Enfin, les émeutes de type ethniques-religieuses sont liées à la fois à la sphère sociale, et plus particulièrement à l’aspect d’hétérogénéité ethno-religieuse, et également aux variables de la sphère économique. Si ces constatations peuvent sembler tautologiques, en fait il n’en est rien. Ce que nous avons identifié ici est le fait que les différentes typologies d’émeutes, comme nous les avons établies, ont un lien direct avec les sphères de variables concordantes, répondant ainsi à une logique quantitative. Ensuite, nous avons établi des modèles statistiques par le biais de régressions linaires multiples. Plusieurs modèles ont été créés pour répondre aux différentes typologies d’émeutes. On retrouve ainsi un modèle global visant à comprendre les émeutes dans leur ensemble, et également des modèles spécifiques créés pour analyser les sous-catégories d’émeutes. Deuxième point important de notre étude : il est possible d’établir des modèles statistiques fiables pour analyser les émeutes de manière macroscopique et ces derniers varient en fonction des catégories d’émeutes. Ainsi, notre modèle multivarié principal explique 50% de la variance du taux global d’émeutes.en
dcterms.abstractFollowing the 2011 Arab Spring’s riots and apparent difficulty predicting such events worldwide, the study is interested in developing a new macroscopic approach that utilizes quantitative aspects of the issue to generate a systemic view. Building on existing knowledge, considering the design of an eclectic theoretical framework for the emergence of the riots, the study conducts an analysis of their political, economic, social and technological factors. From the analysis the study has considered three main categories of riots: the ethnic-religious riots, the socioeconomic riots, and the mass-political riots. In the second part of the research we have addressed the issue from quantitative perspective. Initially, we conducted bivariate analysis between the different categories of riots and the different variables grouped in the political, economic, social and technological areas. Statistical analysis of these variables points out that the different spheres of variables act differently on different categories of riots. The study has also remarked that the mass-political riots are mainly sensitive to countries' political factors. Socio-economic riots in our sample are tightly bound to social and economic variables. Finally, ethnic-religious riots are related to social variables, especially ethnical and religious homogeneity. These findings may seem tautological, but our study leads us to think otherwise. This study identifies an interesting relationships: various types of riots, as we have established, have a direct link to certain spheres of variables, following a quantitative logic. Additionally, we developed statistical models through multiple linear regressions. For each type of riot, a specific model has been created. The study utilizes a comprehensive model to understand the riots as a whole, as well as specific models designed to analyze subcategories of riots. Second important point of the study: it is possible to build reliable statistical models to analyze the riots in a macroscopic approach and they vary based on the categories of riots. Thus, our main multivariate model explains 50% of the riots rate’s variance.en
dcterms.descriptionLes calculs statistiques ont été effectués à l'aide du logiciel SPSS.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record