Show item record

dc.contributor.advisorSaul, Samir
dc.contributor.authorStech, Zorian
dc.date.accessioned2018-06-11T14:39:05Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-11T14:39:05Z
dc.date.issued2018-03-21
dc.date.submitted2017-04
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20472
dc.subjectNouvelles-Hébridesfr
dc.subjectFrancefr
dc.subjectGrande-Bretagnefr
dc.subjectMélanésiensfr
dc.subjectPacifiquefr
dc.subjectcondominiumfr
dc.subjectpartis politiquesfr
dc.subjectdécolonisationfr
dc.subjectNew Hebridesfr
dc.subjectFrancefr
dc.subjectGreat Britainfr
dc.subjectMelanesiansfr
dc.subjectPacificfr
dc.subjectcondominiumfr
dc.subjectpolitical partiesfr
dc.subjectdecolonizationfr
dc.subject.otherHistory - Asia - Australia and Oceania / Histoire - Asie - Australie et Océanie )(UMI : 0332)fr
dc.titleUne confrontation comme nulle autre dans le Pacifique : la France, la Grande-Bretagne et la vie politique au condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides (1945-1980)fr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineHistoirefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractLes Nouvelles-Hébrides représentent un chapitre oublié du colonialisme européen. Pourtant, entre 1906 et 1980, ce petit archipel d’environ quatre-vingts îles a été gouverné conjointement par la France et la Grande-Bretagne. C’est déjà en soi une grande contradiction : deux nations historiquement opposées ont régi une colonie conjointement dans un siècle connu pour ses rivalités coloniales. Comme le titre de la thèse le suggère, la France et la Grande-Bretagne ne s’entendaient pas sur tous les aspects liés à la gouvernance du condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides. Même si l’administration conjointe de l’archipel a commencé en 1906, la thèse se concentre sur la période de 1945 à 1980. Cela ne veut pas dire que les événements d’avant 1945 peuvent être ignorés, loin de là. Dans l’introduction et dans le premier chapitre, certains faits remontant à la création du condominium jusqu’à la Seconde Guerre mondiale sont examinés pour mieux comprendre les origines de certains des événements qui jalonnent le chemin vers l’indépendance de l’archipel. Analysant essentiellement les années 1945 à 1970, le premier chapitre souligne l’impact sans précédent que la Seconde Guerre mondiale a eu sur les Nouvelles-Hébrides. Il ne laisse aucun doute qu’aux Nouvelles-Hébrides, les Français et les Britanniques devaient prendre en considération les aspirations et les besoins des peuples mélanésiens. La question foncière et l’aliénation des terres ont été utilisées comme véhicules pour l’affranchissement politique des Mélanésiens. Le lien entre l’éducation et la participation croissante des Mélanésiens dans la vie politique de la colonie est également exploré. Les deuxième et troisième chapitres se concentrent sur une période beaucoup plus restreinte que le premier chapitre (les années 1970 à 1975 pour le deuxième chapitre et les années 1975 à 1977 pour le troisième chapitre). Ces deux chapitres analysent la vie politique aux Nouvelles-Hébrides qui, dans un court laps de temps, a revêtu les caractéristiques d’une démocratie moderne : partis politiques, campagnes électorales et élections. Ils cherchent à éclaircir le rôle et la place de la France et de la Grande-Bretagne sur la scène politique émergente aux Nouvelles-Hébrides. Analysant les années 1978 et 1979, le quatrième chapitre ne laisse plus aucun doute sur le fait que les Nouvelles-Hébrides se dirigeaient vers une indépendance imminente. Il traite en grande partie des dispositions qui furent mises en place pour préparer l’indépendance. Une fois de plus, les positions de la France et de la Grande-Bretagne sont considérées. Finalement, le cinquième chapitre, qui se penche sur l’année 1980, examine les derniers jours du condominium et démontre que l’indépendance n’a pas été obtenue dans la paix, mais plutôt dans le sang. Cette thèse démontre qu’à la veille de l’indépendance des Nouvelles-Hébrides en 1980, les Britanniques avaient l’avantage sur les plans culturel, social et politique par rapport aux Français. Ils exerçaient également une plus grande influence auprès de la population mélanésienne.fr
dcterms.abstractThe New Hebrides represent a forgotten chapter in the history of European colonialism. And yet, between the years 1906 and 1980, this small archipelago consisting of some eighty islands was ruled simultaneously by France and Great Britain. This in itself is a contradiction: two historically opposed nations jointly ruled a colony in a century known for its colonial rivalries. As the title of the thesis suggests, France and Great Britain did not see eye to eye in all aspects pertaining to the governance of the Anglo-French condominium of the New Hebrides. Even if joint administration of the archipelago commenced in 1906, the thesis focuses especially on the years 1945 to 1980. This is not to say that events from before 1945 can be ignored, far from it. In the introduction as well as the first chapter, certain facts regarding the establishment of the condominium and the 1920s, 1930s, and the Second World War are examined in order to better comprehend the developments which ensue. Essentially examining the years 1945 to 1970, the first chapter underlines the unprecedented impact that the Second World War had on the New Hebrides. It leaves no doubt that in the New Hebrides, the French and the British had to contend with the Melanesians and take into consideration their aspirations and needs. The question of land and the foreign speculation of land were used as vehicles for the political enfranchisement of Melanesians. The relationship between education and the growing participation of Melanesians in the political life of the colony is also explored. Chapters two and three focus on a more confined period of time than the first chapter (1970 to 1975 for chapter two and 1975 to 1977 for chapter three). These two chapters analyze the political scene in the New Hebrides which, in a short period of time, took on all the characteristics of a true and modern democracy: political parties, campaigns, and elections. These two chapters seek to explain and clarify the role and positions of France and Great Britain in the emerging political scene of the New Hebrides. Analyzing the years 1978 and 1979, the fourth chapter leaves no doubt that the New Hebrides were headed for imminent independence. It discusses in great detail measures which were put in place to prepare the colony for independence. Once again, the positions of France and Great Britain are taken into account. Lastly, the fifth chapter, centering on the year 1980, examines the final days of the condominium while demonstrating that independence was not acquired peacefully and without bloodshed. This thesis demonstrates that on the eve of independence in 1980, the British had an upper hand over the French on a cultural, social, and political level in the New Hebrides. The British also exerted a stronger influence on the Melanesian population than the French.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record