Show item record

dc.contributor.advisorNishio, Clarice
dc.contributor.authorStrippoli, Julien
dc.date.accessioned2018-06-06T15:45:16Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-06T15:45:16Z
dc.date.issued2018-03-20
dc.date.submitted2017-05
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20380
dc.subjectPiézo-corticisionfr
dc.subjectPiézocisionTMfr
dc.subjectOrthodontie accéléréefr
dc.subjectDouleurfr
dc.subjectRésorption radiculairefr
dc.subjectOs alvéolairefr
dc.subjectPiezocision™fr
dc.subjectAccelerated orthodonticsfr
dc.subjectPainfr
dc.subjectRoot resorptionfr
dc.subject.otherHealth Sciences - Dentistry / Sciences de la santé - Dentisterie (UMI : 0567)fr
dc.titleÉvaluation de la chirurgie parodontale piézoélectrique sur le traitement orthodontique : étude pilote prospectivefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineMédecine dentairefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractOBJECTIFS : Les objectifs de l’étude étaient : (1) de comparer la durée des traitements d’orthodontie assistés par la piézo-corticision (TO-PC) et les traitements d’orthodontie conventionnels (TOC), (2) de déterminer la douleur et l’impact sur les activités quotidiennes des TO-PC, (3) d’analyser les modifications des tissus calcifiés provoquées par TO-PC, (4) d’évaluer le processus inflammatoire, et (5) d’évaluer la satisfaction des patients vis-à-vis les TO-PC. METHODOLOGIE : Douze patients adultes (moyenne de l’indice de difficulté (DI)= 16) ont eu un TO-PC. Le groupe contrôle a été constitué de manière rétrospective avec les mêmes critères de sélection. Il était composé de douze patients (moyenne DI=9). Pour évaluer la douleur et l’impact sur les activités quotidiennes, un questionnaire utilisant une échelle visuelle numérique (VAS) a été utilisé pendant la première semaine post-chirurgie. Pour évaluer la satisfaction, un questionnaire a été remis au patient en fin de traitement. Les résorptions radiculaires et les changements au niveau de la hauteur et de l’épaisseur de l’os alvéolaire ont été mesurés à l’aide d’un TVFC pré- et post-traitement. L’évaluation du processus inflammatoire a été faite en quantifiant dans le fluide gingival les interleukines 1, 2, 6, 8, 10, le facteur de nécrose tumorale α, l’interferon γ, le facteur de croissance des granulocytes et macrophages, le ligand au récepteur activateur nucléaire Kappa B, l’ostéoprotégérine et la protéine inflammatoire des macrophages à 6 temps durant 6 mois. RESULTATS : Le groupe expérimental et le groupe contrôle étaient comparables sauf pour l’âge, le DI et le nombre de boitier décollé. Le temps de traitement a été significativement réduit dans le groupe TO-PC comparé au TOC pour la phase d’alignement du maxillaire (43%, p=0,002) et de la mandibule (28%, p=0,041), ainsi que pour la durée totale du traitement (53%, p<0,0001). La douleur médiane était faible (EVN=1/10) et temporaire (<5 jours) avec une consommation moyenne totale d’acétaminophène de 3,5g (1-8,5) durant la première semaine post-chirurgie. La mastication a été la fonction la plus affectée par le TO-PC et elle a le plus impacté la vie quotidienne. Après une semaine, 92,3% des patients auraient refait la chirurgie. À la fin du traitement, tous les patients ont été satisfaits par TO-PC. Les résorptions radiculaires étaient généralisées. En moyenne, elles étaient minimes en postérieure (<0,5mm et <grade 1 de Levander et Malmgren) et moins que modérées en antérieure (<1mm et < grade 2 de Levander et Malmgren). Les TO-PC ont provoqué une déhiscence osseuse buccale moyenne de l’os alvéolaire au niveau des incisives inférieures de 3,3mm. L’épaisseur de l’os alvéolaire n’a pas varié de façon significative, sauf au niveau des incisives supérieures où elle a diminué d’environ 1mm. Une seule lésion iatrogénique de racine a été détectée et 4 incisions de la corticale ne se sont pas complètement reminéralisées. Plusieurs médiateurs de l’inflammation ont démontré deux pics à 3 et 16 semaines, mais ces variations n’étaient pas significatives. CONCLUSION : Les TO-PC étaient sécuritaires et efficaces pour réduire la durée des traitements d’orthodontie avec un niveau de satisfaction des patients élevé. Les lésions iatrogéniques sur les racines et le volume osseux étaient marginales, sauf en regard de la plaque corticale buccale des incisives inférieures où des déhiscences osseuses ont été observées.fr
dcterms.abstractOBJECTIVES: The aims of the study were to: (1) compare the duration of piezo-corticision assisted orthodontic treatments (OT-PC) with conventional orthodontic treatments (COT), (2) assess pain and the interference with daily activities of patients undergoing OT-PC, (3) analyzing calcified tissue changes induced by OT-PC, (4) evaluating the inflammatory process, and (5) examining patient satisfaction on OT-PC. METHODOLOGY: Twelve adult patients (mean discrepancy index (DI) = 16) underwent OT-PC. The control group was selected retrospectively and was composed of twelve patients (mean DI = 9) with the same selection criteria. For pain and impact on daily activities assessments, a questionnaire using a visual digital scale (VAS) was used during the first week post-surgery. To assess satisfaction, a questionnaire was given to the patient a the end of treatment. Root resorptions and changes in height and thickness of the alveolar bone were measured using pre- and post-treatment CBCT. The evaluation of the inflammatory process was made by quantifying the gingival fluid interleukins 1, 2, 6, 8, 10, tumor necrosis factor α, interferon γ, granulocyte and macrophage growth factor, activator receptor ligand Nuclear Kappa B, osteoprotegerin and macrophage inflammatory protein at 6 different time points for 6 months. RESULTS: The experimental group and the control group were comparable except for age, DI and bonded failure. The treatment time was significantly reduced in the OT-PC group compared to the COT for primary brackets alignment on the maxilla (43%, p = 0.002) and the mandible (28%, p = 0.041), as well as the overall treatment time (53%, p <0.0001). Median pain was low (EVN = 1/10) and temporary (<5 days) with average acetaminophen consumption of 3.5g (1- 8.5) during the first week post-surgery. Chewing was the function most affected by OT-PC and impacted daily life the most. After one week, 92.3% of patients would redo the surgery. At the end of treatment, all patients were satisfied with OT-PC. Root resorptions were generalized. On average, they were minimal in the posterior (<0.5 mm and <grade 1 Levander and Malmgren index) and less than moderate in anterior (<1 mm and <grade 2 Levander and Malmgren index). OT-PCs caused a mean buccal bone alveolar dehiscence on lower incisors of 3.3 mm. The thickness of the alveolar bone did not vary significantly, except on the upper incisors where it decreased by about 1 mm. Only one iatrogenic root damage was detected and 4 cortical bone incisions were not completely remineralized. Several inflammatory mediators demonstrated two peaks at 3 and 16 weeks, but these variations were not significant. CONCLUSION: OT-PCs were safe and effective at reducing the duration of orthodontic treatments while causing minimal postoperative pain with a high level of patient’s satisfaction. Iatrogenic lesions on roots and the alveolar bone were minimal, except at the buccal aspect of the lower incisors where they were bone dehiscence observed.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record