Show item record

dc.contributor.authorMarceau, Jean-Philippe
dc.date.accessioned2017-11-13T17:54:47Z
dc.date.available2017-11-13T17:54:47Z
dc.date.issued2017-12
dc.identifier.citationMarceau, J-P. (2017), "La fermeture causale de la physique et le problème de l’évolution de la conscience : Bergson à l’aide du naturalisme", Ithaque, 21, p. 201-221fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/19613
dc.publisherSociété philosophique Ithaque
dc.rightsCe texte est publié sous licence Creative Commons : Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Partage dans les mêmes conditions 2.5 Canada.
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.5/ca/legalcode.fr
dc.titleLa fermeture causale de la physique et le problème de l’évolution de la conscience : Bergson à l’aide du naturalismefr
dc.typeArticlefr
dcterms.abstractJe soutiens que Bergson offre deux pistes de solution au naturalisme, actuellement confronté au problème de l’évolution de la conscience. À l’aide d’arguments de Nichols et Grantham, j’explique pourquoi ce problème, généralement relégué dans l’ombre du problème corps-esprit, est toutefois très important. J’explique ensuite, à l’aide d’un argument de Kim, que le naturaliste doit alors soit opter pour un réductionnisme, soit violer la fermeture causale de la physique. Je fais finalement appel à Bergson, qui offre une piste de solution pour chacune de ces options. Essentiellement, il défend un panpsychisme de l’action. Pour le dire dans ses mots : la matière dure. Elle est consciente et comporte un degré d’indétermination utilisé pour agir. À l’échelle macroscopique, dans la matière inerte inorganisée, ces indéterminations s’annulent statistiquement. Ce qui fait la particularité du cerveau, c’est que les indéterminations microscopiques et durées microchroniques de la matière fondamentale s’y combinent sans s’annuler, donnant lieu à desindéterminations macroscopiques et à des durées macrochroniques non triviales. Ces durées macrochroniques sont ce qu’on appelle les consciences humaines, et c’est parce qu’elles visent l’action qu’elles ont évolué jusqu’à la forme qu’on leur connaît aujourd’hui. Ceci peut être développé de façon réductionniste ou émergentiste.fr
dcterms.bibliographicCitationIthaque ; 21
dcterms.isPartOfurn:ISSN:1703-1001
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion publiée / Version of Record


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record

Ce texte est publié sous licence Creative Commons : Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Partage dans les mêmes conditions 2.5 Canada.
RightsCe texte est publié sous licence Creative Commons : Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Partage dans les mêmes conditions 2.5 Canada.