Afficher la notice

dc.contributor.advisorDubé, Marie-Pierre
dc.contributor.authorZetler, Rosa Zea
dc.date.accessioned2015-03-18T15:42:49Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2015-03-18T15:42:49Z
dc.date.issued2015-02-19
dc.date.submitted2014-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/11554
dc.subjectstatinfr
dc.subjectcreatine kinasefr
dc.subjectmyopathyfr
dc.subjectstatinefr
dc.subjectcréatine kinasefr
dc.subjectmyopathiefr
dc.subject.otherBiology - Genetics / Biologie - Génétique (UMI : 0369)fr
dc.titleGenetic association study of plasma creatine kinase levels in the Montreal Heart Institute Hospital Cohortfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineSciences biomédicalesfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractIl a déjà été démontré que les statines (ou inhibiteurs de la HMG-CoA réductase) sont efficaces pour réduire le LDL-cholestérol et elles se sont depuis établies comme étant le pilier dans le traitement de la dyslipidémie. Toutefois, environ 10 pourcent des utilisateurs de statines souffrent d'effets indésirables, généralement sous forme de myopathie qui est souvent accompagnée d’un taux élevé de la créatine kinase (CK) plasmatique. Il est fréquent que les patients doivent arrêter les statines à cause d’un taux de CK dépassant un seuil de référence. Nous avons examiné le taux de CK de près de 6000 participants de la biobanque de l’ICM, qui ont récemment été génotypés à l'aide de la micropuce d'ADN ExomChip d'Illumina. Des études antérieures ont démontré une association significative entre le taux de CK plasmatique et des polymorphismes génétiques et nous avons cherché à répliquer ces résultats par association génétique et à l'aide du test SKAT pour les polymorphismes rares. Nous avons répliqué les résultats dans le gène CKM (rs11559024, p=1.59x10-23) et le gène LILRB5 (rs12975366, p=1.44x10-26) dans le chromosome 19. Nous espérons que ces résultats seront éventuellement utilisés en clinique pour la prédiction des taux de référence de CK personnalisés selon le profil génétique des patients utilisateurs de statines.fr
dcterms.abstractStatins (HMG-CoA reductase inhibitors) have been shown to reduce LDL-cholesterol and are undoubtedly the mainstay in the treatment of hyperlipidemia. Approximately 10 percent of statin users suffer from adverse side effects, the most common being muscle myopathy. Muscle myopathy is often accompanied by elevated levels of plasma creatine kinase (CK). Oftentimes, patients are taken off statins after their CK levels surpass a reference threshold. We looked at CK levels in the MHI Biobank, which have recently been genotyped in over 6000 participants with the Illumina ExomChip. Prior studies have found significant association between plasma CK levels and genetic variants and we aimed to replicate these findings using a genome wide association and a SKAT burden test for rare variants. We were able to replicate findings in the CKM gene (rs11559024, p=1.59x10-23) and LILRB5 gene (rs12975366, p=1.44x10-23) in chromosome 19. We hope that these results will eventually be utilized in clinical statin care by aiding in the prediction of personalized reference CK levels based on genetic information for patients using statins.fr
dcterms.languageengfr


Fichier(s) constituant ce document

Vignette

Ce document figure dans la(les) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice