Show item record

dc.contributor.advisorHerrmann, Thora Martina
dc.contributor.authorCloutier-Cyr, Simon
dc.date.accessioned2014-06-03T15:33:52Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2014-06-03T15:33:52Z
dc.date.issued2014-03-03
dc.date.submitted2013-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/10676
dc.subjectÎle de La Réunionfr
dc.subjectBraconnagefr
dc.subjectParc national de La Réunionfr
dc.subjectReunion Islandfr
dc.subjectPoachingfr
dc.subjectParc national de La Réunionfr
dc.subject.otherSocial Sciences - Geography / Sciences sociales - Géographie (UMI : 0366)fr
dc.titleLe braconnage dans le Parc national de l'île de La Réunionfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineGéographiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractLa faune et la flore de l’île de La Réunion atteignent un niveau d’endémisme très élevé avec le tiers de sa surface encore recouverte par des forêts naturelles. Ces conditions exceptionnelles ont favorisé, en 2007, la création du Parc National de La Réunion qui couvre 40 % du territoire. Parmi les différentes atteintes à l’environnement dans les aires du Parc national, le braconnage est devenu, au cours des deux dernières décennies, un phénomène très préoccupant pour les différents acteurs locaux et régionaux qui s’occupent de la gestion de ce problème. Plusieurs espèces braconnées sont actuellement menacées et les dégâts occasionnés par les braconniers sont visibles dans le paysage réunionnais. Ce projet de recherche vise à répondre à la question de recherche suivante : De quelle façon se manifeste le braconnage (les motivations, la fréquence, les techniques, les lieux) dans le Parc national de La Réunion et comment les différents acteurs réagissent-ils face à la pratique du braconnage? La méthodologie de cette recherche repose sur une démarche combinant l’approche exploratoire et l’étude de cas. Les données qualitatives et quantitatives que nous avons utilisées pour cette étude ont été collectées par une recherche bibliographique, une collection de données statistiques, et par des entrevues (exploratoires, semi-dirigées, individuelles non-structurées) réalisées sur le terrain. Les résultats obtenus nous ont permis de constater que le braconnage à La Réunion est un phénomène ancré dans la culture locale et une conséquence directe du contexte économique actuel. Notre recherche a relevé deux catégories de braconniers : les braconniers occasionnels (touristes et braconniers du dimanche) et les braconniers professionnels. Le braconnage de type occasionnel est très largement répandu dans la population, car il s’inscrit dans une continuité des traditions. Le braconnage de type professionnel où le braconnier prélève de façon systématique dans la nature à des fins monétaires, est pratiqué par peu de gens, mais il occasionne de lourdes pertes contrairement au braconnage de type occasionnel. Les différentes méthodes mises en place par les divers acteurs impliqués dans la gestion du braconnage ont été répertoriées et examinées. Tandis que le poinçonnage des plants de vanille et le marquage des tangues sont efficaces, la délation des braconniers et les visites éducatives restent des pistes à explorer, et les conférences rééducatives des braconniers ainsi que la vente de permis de chasse au tangue ont démontré une faible efficacité. Des recommandations pour améliorer la dynamique entre les acteurs impliqués dans la gestion du braconnage ont été données par plusieurs de ces acteurs interrogés au cours de cette recherche.fr
dcterms.abstractWildlife and flora of Reunion Island is characterized by a high level of endemism. The surface covered by forests accounts for almost one-third of the island. Theses exceptional conditions explain the creation of the “Parc national de La Réunion”. In protected areas of the national park, poaching is becoming a major concern for local and regional actors. As a matter of fact, many poached species are threatened and the damages caused by the poachers are visible throughout the Reunion landscape. The purpose of this research is to answer a major question: How does poaching take place (motivations, frequency, techniques, and places) in the “Parc national” and what are the reactions of the various actors? The methodology chosen in this study combines an exploratory approach and a case study analysis. A field research was carried out and data were collected by a literature search, interviews (exploratory, semi-structured, individual not structured) as well as by a literary analysis. The results of this study show that poaching is a firmly rooted tradition in the Reunion culture and a consequence of the economic context. Our analysis has identified two major categories of poachers: occasional poachers and professional poachers. Occasional poaching is widespread in the population because this activity is bound to traditions. Professional poaching, which refers to a systematic withdrawal of natural resources for money considerations, is the business of a small number of poachers. The damages caused by professional poachers are however more important than those linked to occasional poaching. In this analysis, we have enumerated and examined the methods used by the different actors associated with poaching. Punching vanilla plants and marking tangues are methods which have proven their efficiency. Other methods such as denouncement and educational visits will have to be further explored. However, re-educational meetings for the poachers as well as the sale of hunting licenses are currently not considered effective. During this research, we also have collected recommendations in order to improve the dynamics between the different actors involved in the poaching issue.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record