Show item record

dc.contributor.advisorSamaha, Anne-Noël
dc.contributor.authorBouayad-Gervais, Karim
dc.date.accessioned2014-01-16T21:01:43Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2014-01-16T21:01:43Z
dc.date.issued2013-11-07
dc.date.submitted2013-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/10240
dc.subjectToxicomaniefr
dc.subjectCocaïnefr
dc.subjectRatio progressiffr
dc.subjectAutoadministration intraveineusefr
dc.subjectVitesse d'administrationfr
dc.subjectAddictionfr
dc.subjectCocainefr
dc.subjectProgressive ratiofr
dc.subjectIntravenous self-administrationfr
dc.subjectSpeed of drug deliveryfr
dc.subject.otherHealth Sciences - Pharmacology / Sciences de la santé - Pharmacologie (UMI : 0419)fr
dc.titleAugmenter la vitesse d'administration de la cocaïne facilite le développement d'une motivation exacerbée pour la drogue ne pouvant pas être expliquée uniquement par la quantité de drogue consommée ou l'étendue de l'entraînement opérant
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePharmacologiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractLes voies d'administration qui provoquent une entrée rapide de la drogue au cerveau sont connues pour faciliter le développement de la toxicomanie. Les études animales modélisant cet effet ont montré que des rats, qui ont un accès prolongé à des injections intraveineuses rapides de cocaïne (injectée en 5 ou 90 secondes), s'autoadministrent plus de drogue, ont un entraînement opérant plus élevé et sont subséquemment plus motivés à obtenir la cocaïne. La question est maintenant de savoir comment l'autoadministration de cocaïne injectée rapidement promeut une augmentation de la motivation à obtenir de la cocaïne. Cette motivation exagérée pourrait être une conséquence de l'exposition prolongée à de larges quantités de cocaïne et/ou de l'effet persistant d'un entraînement opérant extensif. De plus, on sait qu'augmenter la vitesse d'administration de la cocaïne modifie les circuits de la récompense et de la motivation. Ainsi, ceci pourrait promouvoir la motivation excessive pour la drogue. Nous avons cherché à déterminer l'influence de l'exposition à la drogue et de l'entraînement opérant sur le développement d'une motivation exacerbée pour la drogue. Les rats se sont autoadministrés de la cocaïne injectée en 5 ou 90 secondes (s) durant un accès limité (1h/session) ou prolongé (6h/session) avec un ratio fixe. La motivation pour la cocaïne a par la suite été évaluée à l'aide d'un ratio progressif (PR). Les rats ayant reçu la drogue injectée en 5 s durant l'accès prolongé (par rapport au groupe 90 secondes) ont pris plus de drogue et eu un entraînement opérant plus extensif alors qu'il n'y avait pas de différences dans la consommation et le niveau d'entraînement opérant entre les groupes ayant subit un accès limité uniquement. Les rats ayant consommé la drogue injectée en 5s, indépendamment du temps d'accès, ont toujours exprimé une motivation plus grande pour la drogue en PR. La quantité de cocaïne consommée ou l'ampleur de l'entraînement opérant ont été positivement corrélés avec la consommation de cocaïne en PR dans certains groupes. Par contre, le groupe qui a eu un accès prolongé aux injections rapides a montré une augmentation dans sa motivation à s'autoadministrer de la drogue qui n'était prédite ni par la quantité de cocaïne consommée ni par l'étendue de l'entraînement opérant. Ces résultats suggèrent que des injections rapide de cocaïne pourraient faciliter la toxicomanie en favorisant entre autre des modifications neurobiologiques qui mènent à une motivation pathologique pour la drogue.fr
dcterms.abstractRoutes of administration that result in the rapid delivery of cocaine to the brain are thought to increase the probability of becoming addicted. Animal studies modelling this effect show that rats given extended access to rapid intravenous cocaine injections (delivered over 5 versus 90 seconds) self-­‐administer more drug, acquire more extensive operant training histories and are subsequently more motivated to obtain cocaine. The question now regards how the self-­‐ administration of rapidly delivered cocaine increases the motivation to take the drug. This effect could result from extended exposure to large amounts of cocaine and/or the persistent effects of extensive operant training. In addition, increasing the speed of cocaine delivery modifies brain reward and motivation circuits, and this could promote excessive motivation for the drug. Here we sought to determine the contributions of drug exposure and operant training to the ability of rapidly delivered cocaine to increase motivation for the drug. Rats self-­‐administered cocaine delivered over 5 or 90 seconds during limited (1h/session) or extended (6h/session) sessions, under fixed ratio. The motivation for cocaine was then assessed under progressive ratio (PR). Rats in the 5-­‐second extended access group (versus 90-­‐second group) took more drug, acquired more operant training and self-­‐administered more cocaine under PR. Regardless of access conditions, animal receiving drug rapidly were more motivated to work for cocaine. The amount of cocaine intake or operant training prior to PR testing was positively correlated with drug intake under PR in some of the groups. However, the group given extended access to rapid cocaine injections showed increased motivation to self-­‐administer the drug that was not predicted by cocaine exposure or operant training. These findings suggest that rapidly delivered cocaine might facilitate addiction in part by promoting forms of neural plasticity that lead to pathological motivation for drug.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record