Show item record

dc.contributor.advisorProulx, Jean
dc.contributor.authorMonguilod, Andréa
dc.date.accessioned2012-05-15T18:45:04Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2012-05-15T18:45:04Z
dc.date.issued2012-05-03
dc.date.submitted2012-02
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/7079
dc.subjectInterrogatoireen
dc.subjectInterrogationen
dc.subjectAveuxen
dc.subjectConfessionen
dc.subjectAgresseurs sexuelsen
dc.subjectSex offendersen
dc.subjectFacteurs d’aveuen
dc.subjectFactors of confessionen
dc.subject.otherSociology - Criminology and Penology / Sociologie - Criminologie et établissements pénitentiaires (UMI : 0627)en
dc.titleÉtude des facteurs associés à l’aveu lors de l’interrogatoire policieren
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineCriminologieen
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sen
etd.degree.nameM. Sc.en
dcterms.abstractLe présent mémoire cherche à déterminer s’il existe des facteurs qui conduisent aux aveux chez les agresseurs sexuels durant un interrogatoire. Dans ce but, notre étude est basée sur 183 dossiers d’agression sexuelle traités par le Service de police de la Ville de Montréal. Les 137 participants qui ont fait une ou deux victimes (un dossier par victime) étaient âgés de 15 à 71 ans au moment du crime, et sont majoritairement francophones, caucasien et sans emploi. Toutes les variables sélectionnées ont été divisées en trois catégories : les caractéristiques de l’agresseur, les caractéristiques du crime et les caractéristiques contextuelles de l’interrogatoire. Les agresseurs sexuels qui ont avoué leur crime avaient les caractéristiques suivantes : caucasien, célibataire, n’ayant pas utilisé la menace ni causé de blessures, la victime était un garçon ou une femme adulte. Il n’y avait, contre eux, ni preuves matérielles ou biologiques, ni présence de sperme sur la victime, et il n’y a pas eu de séance d’identification. De plus, ils ont subi plusieurs interrogatoires, souvent dans un bureau privé en présence d’un seul interrogateur, qui n’est pas l’enquêteur principal, mais ils ont écrit et signé leur déclaration. Ces résultats devraient aider les policiers à cibler les facteurs les plus favorables aux aveux tout en montrant qu’il s’agit généralement d’un ensemble de facteurs qui conduisent les agresseurs sexuels aux aveux lors d’un interrogatoire.en
dcterms.abstractThis study seeks to determine whether there are factors that lead to the confession in sex offenders, during an interrogation. For this purpose, the study is based on 183 cases of sexual abuse handled by the Service de police de la Ville de Montréal. The 137 participants who made one or two victims (one file for each victim) were aged from 15 to 71 years old at the time of crime, and are mostly French-speaking, Caucasians and unemployed. All selected variables were divided into three categories: characteristics of the sex offender, characteristics of the crime and characteristics of the context of the interviews. Sex offenders who have confessed their crime had the following characteristics: Caucasian, unmarried, who did not use threat, who did not commit injuries and their victim was a young male or an adult female. Against them, there were no physical evidence, nor biological evidence, nor the presence of semen on the victim, and there was no identification parade. In addition, they have had several interviews, often in a private office with a single interrogator who isn’t the principal inspector, but they wrote and signed their statement. These results should help the police to identify the factors most favorable to confession, showing that it’s usually a combination of factors that lead sex offenders to confession during an interrogation.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record