Show item record

dc.contributor.advisorJoanette, Yves
dc.contributor.authorAbbassi, Ensie
dc.date.accessioned2011-05-20T16:03:58Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2011-05-20T16:03:58Z
dc.date.issued2011-05-05
dc.date.submitted2010-12
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/5067
dc.subjectMots émotionnelsen
dc.subjectHémisphères cérébrauxen
dc.subjectHypothèse du décours temporelen
dc.subjectPhénomène HAROLDen
dc.subjectParadigme d’amorçageen
dc.subjectEmotional wordsen
dc.subjectCerebral hemispheresen
dc.subjectTime course hypothesisen
dc.subjectHAROLD phenomenonen
dc.subjectPriming paradigmen
dc.subject.otherPsychology - Cognitive / Psychologie cognitive (UMI : 0633)en
dc.titleAffective word priming in the left and right visual fields in young and older individualsen
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineSciences biomédicalesen
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralen
etd.degree.namePh. D.en
dcterms.abstractAlors que les hypothèses de valence et de dominance hémisphérique droite ont longtemps été utilisées afin d’expliquer les résultats de recherches portant sur le traitement émotionnel de stimuli verbaux et non-verbaux, la littérature sur le traitement de mots émotionnels est généralement en désaccord avec ces deux hypothèses et semble converger vers celle du décours temporel. Cette dernière hypothèse stipule que le décours temporal lors du traitement de certains aspects du système sémantique est plus lent pour l’hémisphère droit que pour l’hémisphère gauche. L’objectif de cette thèse est d’examiner la façon dont les mots émotionnels sont traités par les hémisphères cérébraux chez des individus jeunes et âgés. À cet effet, la première étude a pour objectif d’évaluer l’hypothèse du décours temporel en examinant les patrons d’activations relatif au traitement de mots émotionnels par les hémisphères gauche et droit en utilisant un paradigme d’amorçage sémantique et une tâche d’évaluation. En accord avec l’hypothèse du décours temporel, les résultats obtenus pour les hommes montrent que l’amorçage débute plus tôt dans l’hémisphère gauche et plus tard dans l’hémisphère droit. Par contre, les résultats obtenus pour les femmes sont plutôt en accord avec l’hypothèse de valence, car les mots à valence positive sont principalement amorcés dans l’hémisphère gauche, alors que les mots à valence négative sont principalement amorcés dans l’hémisphère droit. Puisque les femmes sont considérées plus « émotives » que les hommes, les résultats ainsi obtenus peuvent être la conséquence des effets de la tâche, qui exige une décision explicite au sujet de la cible. La deuxième étude a pour objectif d’examiner la possibilité que la préservation avec l’âge de l’habileté à traiter des mots émotionnels s’exprime par un phénomène compensatoire d’activations bilatérales fréquemment observées chez des individus âgés et maintenant un haut niveau de performance, ce qui est également connu sous le terme de phénomène HAROLD (Hemispheric Asymmetry Reduction in OLDer adults). En comparant les patrons d’amorçages de mots émotionnels auprès de jeunes adultes et d’adultes âgés performants à des niveaux élevés sur le plan comportemental, les résultats révèlent que l’amorçage se manifeste unilatéralement chez les jeunes participants et bilatéralement chez les participants âgés. Par ailleurs, l’amorçage se produit chez les participants âgés avec un léger délai, ce qui peut résulter d’une augmentation des seuils sensoriels chez les participants âgés, qui nécessiteraient alors davantage de temps pour encoder les stimuli et entamer l’activation à travers le réseau sémantique. Ainsi, la performance équivalente au niveau de la précision retrouvée chez les deux groupes de participants et l’amorçage bilatéral observé chez les participants âgés sont en accord avec l’hypothèse de compensation du phénomène HAROLD.en
dcterms.abstractWhile the right hemisphere and valence hypotheses have long been used to explain the results of research on emotional nonverbal and verbal stimuli processing, the literature on emotional word processing is highly inconsistent with both hypotheses, but appear to converge with the time course hypothesis. The time course hypothesis holds that in the processing of some parts of the semantic system the time course of activation is slower in the right hemisphere compared to the left hemisphere. The goal of this thesis was to find insight into the ways in which words with emotional words are processed in the cerebral hemispheres in young and older individuals. To this end, the first study investigated the time course hypothesis looking at the activation pattern of emotional words in the left and right hemispheres, using the priming paradigm and an evaluation task. Consistent with the time course hypothesis, the results in males revealed an early and later priming in the left and right hemispheres, respectively. The results for females, however, were consistent with the valence hypothesis, since positive and negative words were optimally primed in the left and right hemispheres, respectively. As females are considered more emotional than males, their results may be due to the nature of the task, which required an explicit decision concerning the target. The second study looked at the possibility that the preservation with age of the ability to process emotional words would follow the compensatory role of bilateral activation in high performing older individuals known as the HAROLD phenomenon (Hemispheric Asymmetry Reduction in OLDer adults). Comparing the pattern of emotional word priming in a group of equally high performing older and younger, it was shown that while priming occurred unilaterally in young participants, the pattern of priming in older participants appeared to be bilateral. The occurrence of priming in older adults occurred with a tiny delay, though, that may be due to an increase in sensory thresholds that causes older adults to need more time to encode stimuli and start activation through the semantic network. Thus, the bilateral pattern of priming and the equivalent level of performance in older adults provide behavioral evidence supporting the compensatory role of the HAROLD phenomenon.en
dcterms.languageengen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record