Show item record

dc.contributor.advisorGauthier, Philippe
dc.contributor.authorDevost, Catherine
dc.date.accessioned2010-02-03T19:23:23Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2010-02-03T19:23:23Z
dc.date.issued2009-12-03
dc.date.submitted2009-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/3342
dc.subjectFormulation de projetsen
dc.subjectThéorie de l’enquêteen
dc.subjectConstruction de problèmesen
dc.subjectCohérenceen
dc.subjectPertinenceen
dc.subjectFormulating projectsen
dc.subjectTheory of inquiryen
dc.subjectProblem buildingen
dc.subjectCoherenceen
dc.subjectRelevanceen
dc.subject.otherCommunications and the Arts - Architecture / Communications et les arts - Architecture (UMI : 0729)en
dc.titleQuand le problème est de définir le problème : les compétences mobilisées par les acteurs de la problématisation des projets de stage de coopération internationaleen
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineAménagement (Design et complexité)en
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sen
etd.degree.nameM. Sc. A.en
dcterms.abstractCette étude a été réalisée dans le cadre d’une maîtrise en Aménagement. Elle s’efforce à démontrer que l’étape d’un projet que l’on appelle problématisation, c’est-à-dire l’étape de construction des problèmes à être résolus, permet de s’assurer que les actions entreprises soient en cohérence et en pertinence avec le contexte du projet. Nous constatons désormais que nous ne pouvons plus nous contenter d’évaluer les projets sur la seule base de son efficience, c’est-à-dire la concordance de ses résultats avec les objectifs prévus. Dans ces circonstances, nous émettons l’hypothèse que la problématisation fait appel à des compétences particulières et généralement peu utilisées par rapport à d’autres étapes de la réalisation d’un projet. À cet égard, nous avons réalisé un travail de recherche exploratoire sur ce thème en ayant comme objectif d’obtenir une compréhension des compétences mobilisées lors de la problématisation en situation de projet en général et d’identifier plus spécifiquement ces compétences dans une situation de projet en particulier, celle des projets de coopération internationale. Pour y arriver, nous avons procédé à la construction d’un référentiel d’emploi et d’activités pour en déduire un référentiel de compétences de la problématisation. Pour ce faire, nous avons réalisé une étude de cas sur les projets de stage de coopération internationale. L’utilisation de la technique de l’« instruction au sosie » et d’une rechercheintervention nous ont permis de dégager les principaux résultats suivant: la problématisation fait appel à des compétences particulières de gestion de l’information et de médiation. Les compétences générales de problématisation que les responsables des stages dans les organisations de coopération internationale v doivent maîtriser sont : être capable de générer les disponibilités de projets à partir de données primaires et secondaires; être capable de faire des choix et de justifier ces choix en fonction de l’analyse des données; être capable de présenter des informations écrites claires, respectueuses des idées des partenaires en fonction du langage de projet utilisé par le public auquel s’adresse la proposition; être capable d’utiliser les commentaires des évaluateurs pour améliorer un projet et être capable de mener à terme un projet. La contribution principale de ce travail de recherche réside dans la proposition d’un outil précieux pour le recrutement et la sélection, l’évaluation du rendement, la formation et le perfectionnement des acteurs de la problématisation.en
dcterms.abstractThis study was realized within the framework of a master’s degree in Design and Complexity. It tries to demonstrate the importance of problem building in projects, allowing the action to be in coherence and in relevance with the context where the project takes place. From now on, we consider that the value of the project cannot be satisfied on the only basis of its efficiency, which means the concordance of the results with planned objectives. Consequently, this analysis relies on the assumption that problem building uses specific competencies usually unused compare to others steps during the process of project building. In this regard, an exploratory research was carried out on this subject with the objective of identifying skills during problem building, and more specifically identifying those competencies within a particular project, which are the international cooperation projects. To get there, we realized a table of reference of skills and competencies by using a case study that we did. That case study was based on small projects managed by international cooperation groups in Quebec. The use of both “instruction to the double” and research-intervention techniques allowed us to conclude to the following results: problem building needs specific skills of management of the information and mediation. The main skills of problem building are: the capacity of generating the availabilities of projects from primary and secondary data; the capacity of choosing and justifying these choices according to data analysis; the capacity of presenting clever written information, respectful of the ideas of the partners according to the language of project used by the public whom addresses the proposition; the capacity of using the comments of appraisers to improve a project and be capable of leading a project. vii The main contribution of this research lies in the proposition of a precious tool for the recruitment and the selection, the evaluation and the formation of the actors that conduct problem building.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record