Show item record

dc.contributor.advisorDurand, Pierre
dc.contributor.authorRoy, Martin
dc.date.accessioned2010-01-19T18:54:40Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONen
dc.date.available2010-01-19T18:54:40Z
dc.date.issued2009-12-03
dc.date.submitted2009-07
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/3276
dc.subjectDétresse psychologiqueen
dc.subjectpsychological distressen
dc.subjectClimat de travailen
dc.subjectJob climateen
dc.subjectClimat psychologiqueen
dc.subjectPsychological climateen
dc.subjectKessleren
dc.subjectKessleren
dc.subjectIlfelden
dc.subjectIlfelden
dc.subject.otherSociology - Industrial and Labor Relations / Sociologie - Travail et relations industrielles (UMI : 0629)en
dc.titleLe climat psychologique des unités organisationnelles en tant que déterminant de la détresse psychologique au travail
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineRelations industriellesen
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sen
etd.degree.nameM. Sc.en
dcterms.abstractL’objectif de ce mémoire est d’étudier les liens entre le climat psychologique des unités organisationnelles et la détresse psychologique. Il s’agit plus précisément de déterminer si le climat psychologique des unités organisationnelles peut être considéré comme un facteur professionnel pouvant favoriser le développement de la détresse psychologique. Nous avons recueilli des données primaires en transmettant un questionnaire spécifique auprès de 362 employés de cinq départements différents d’une société d’assurance du Canada. Deux échelles de mesures de détresse psychologique ont été utilisées aux fins de notre étude : l’échelle de Kessler (1998) utilisée dans l’Enquête Nationale sur la santé des populations du Canada de 1999 et celle d’Ilfeld adaptée par Préville (1994) utilisée dans l’Enquête de Santé Québec de 1998. L’analyse des résultats a partiellement démontré que les dimensions du concept de climat psychologique (la qualité des relations avec les collègues, la qualité des relations avec le superviseur et la qualité de l’environnement immédiat de travail) influencent le degré de détresse psychologique au sein des unités organisationnelles. De plus, les trois composantes du climat psychologique ne prédisent pas de façon similaire les résultats des deux échelles de détresse utilisées.en
dcterms.abstractThe main objective of this paper is to examine the association between the psychological climate and the occurrence of psychological distress within organizational work units. More precisely, we want to determine if the psychological climate is an occupational factor than can lead to psychological distress. A specific questionnaire was submitted to 362 employees from five different departments at a Canadian insurance company. Two different scales were used to measure the level of psychological distress: the Kessler scale (1998) used in the National Population Health Survey in 1999 and the Ilfeld scale, the latter modified by Préville (1994) used in the Québec Health Survey in 1998. Results of our analysis partly showed that the inherent dimensions of the psychological climate concept (quality of relationships with colleagues, quality of relationships with supervisor and quality of work environment) influence the level of psychological distress within organizational work units. Moreover, the three components of the psychological climate did not predict the results obtained by the two psychological distress scales.en
dcterms.languagefraen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record