Show item record

dc.contributor.advisorKanouté, Fasal
dc.contributor.authorGirard, Christine
dc.date.accessioned2019-01-22T20:39:52Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2019-01-22T20:39:52Z
dc.date.issued2018-09-19
dc.date.submitted2018-04
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/21333
dc.subjectAcculturationfr
dc.subjectIntégration scolairefr
dc.subjectAttentes parentalesfr
dc.subjectAdolescentesfr
dc.subjectImmigrantesfr
dc.subjectSchool integrationfr
dc.subjectParental expectationsfr
dc.subjectAdolescent girlsfr
dc.subjectImmigrantfr
dc.subject.otherEducation - Sociology of / Éducation - Sociologie de l’éducation (UMI : 0340)fr
dc.titleAcculturation, intégration scolaire et perception des attentes parentales : le cas d’adolescentes immigrantes au secondairefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineSciences de l'éducation - Psychopédagogiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des sciences de l'éducation)fr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM.A.fr
dcterms.abstractCe projet de recherche porte sur les dynamiques d’acculturation d’adolescentes issues de l’immigration récente à l’école secondaire publique de langue française dans la ville de Montréal. Au cours des dernières années, de nombreux chercheurs ont étudié le phénomène de l’immigration dans les écoles québécoises. Par contre, il demeure que peu d’études portent sur les adolescentes immigrantes, même si leur intégration à une nouvelle société diffère de celle des garçons de leur âge (Güngör, 2011). Ces jeunes filles font face à de nombreuses embuches liées au sexisme, alors que certaines affrontent également de la discrimination raciale (Ghosh, 2000). De plus, ces adolescentes vivent une certaine pression parentale quant à leur socialisation (Halsouet, 2012 ; Samuel, 2010). Pour contribuer à une meilleure connaissance de la population d’adolescentes immigrantes à Montréal, nous employons trois concepts afin d’étudier leurs réalités sociales, scolaires et familiales. Notre premier concept est l’acculturation selon différents écrits de Berry et ses collaborateurs au fil du temps. Il se décline en quatre stratégies (assimilation, intégration, séparation, marginalisation), en plus d’ajouter le concept sous-jacent du stress acculturatif. Notre second concept est l’intégration scolaire selon Jacquet & Masinda (2014) défini selon quatre dimensions (académique, sociale, culturelle, psychologique). Nous avons également inclus le concept d’attentes parentales afin de cerner les enjeux relatifs à l’établissement de jeunes filles immigrantes dans une nouvelle société. Dans le cadre de notre recherche, nous circonscrivons notre terrain dans les institutions scolaires secondaires, publiques et francophones à Montréal. Les participantes de notre échantillon ont comme point commun la fréquentation d’une même école secondaire, mais elles proviennent de plusieurs pays (Colombie, Syrie, Chine, Kirghizistan, Afghanistan, Bulgarie). La collecte de données qualitatives s’est déroulée en deux temps. Premièrement, les participantes ont rempli un questionnaire qui visait à identifier les stratégies d’acculturation. Par la suite, nous avons effectué une entrevue semi-dirigée individuelle avec les participantes. Les données de l’entrevue venaient dans un premier temps confirmer les stratégies d’acculturation et apporter des informations sur l’intégration scolaire et la perception des attentes parentales des participantes. Subséquemment, les données recueillies avec l’entrevue ont été analysées à l’aide d’une grille thématique. Les résultats de la recherche nous démontrent que l’intégration est la stratégie centrale à l’établissement des adolescentes participant à notre étude. Elles s’approprient de plus en plus leur nouveau pays, bien que le sentiment d’être canadienne demeure encore loin. C’est principalement le milieu scolaire qui est moteur de leur intégration, alors que les stratégies acculturatives à l’extérieur de l’école varient davantage. Ce lieu amène les adolescentes issues de l’immigration à apprendre la langue française, défi social important, parallèlement avec la création d’un nouveau cercle d’amis et les apprentissages dans un système scolaire différent. À l’extérieur de l’école, la socialisation des participantes est hétérogène. Certaines fréquentent les mêmes amis qu’à l’école, quelques-unes forment des liens avec les personnes allant au même lieu de culte qu’elles, alors que d’autres passent la majeure partie de leur temps en famille. Dans l’ensemble, nos participantes entretiennent une relation positive avec leurs parents, bien que quelques-unes ressentent une certaine pression quant à leur socialisation et à leur scolarisation. Elles sont conscientes des sacrifices effectués par leurs parents dans la visée d’une éducation meilleure, ce qui est pour eux garant d’un avenir réussi. Au cours de notre collecte de données, nous avons été témoin d’importants changements qu’a vécus chaque famille à travers son processus migratoire. La structure familiale de certaines filles a été modifiée, d’autres se sont questionnées sur la place de la religion dans leur vie, alors que plusieurs retrouvent les liens qu’elles avaient bâtis avec leurs proches avant la migration. En somme, notre étude permet une meilleure connaissance des dynamiques d’acculturation d’adolescentes immigrantes issues de divers pays dans le contexte montréalais. Cela permet d’enrichir les écrits scientifiques, plus précisément à propos d’une population qui demeure peu étudiée. Aussi, les différents acteurs du milieu scolaire pourraient s’inspirer de nos résultats pour intervenir auprès de ces jeunes filles.fr
dcterms.abstractThis research project focuses on the acculturation dynamics of teenagers from recent immigration to French-language public high school in the city of Montreal. In recent years, many researchers have studied the phenomenon of immigration in Quebec schools. On the other hand, there are only a few studies about immigrant teenage girls, even though their integration into a new society differs from the one of boys their age (Güngör, 2011). These girls face many problems related to sexism, while some also face racial discrimination (Ghosh, 2000). In addition, these teenagers live with some parental pressure for their socialization (Halsouet, 2012, Samuel, 2010). To contribute to a better knowledge of the immigrant teenage population in Montreal, we use three concepts in order to study their social, school and family realities. Our first concept is acculturation according to different writings from Berry and his collaborators over time. It is declined into four strategies (assimilation, integration, separation, marginalization), in addition to adding the underlying concept of acculturative stress. Our second concept is school integration according to Jacquet & Masinda (2014) and its four dimensions (academic, social, cultural, psychological). We have also included the concept of parental expectations in order to identify the issues related to the settlement of immigrant girls in a new society. As part of our research, we focus our research in Montreal in public francophone high schools. In fact, the participants of our sample share the same school, but they come from several countries (Colombia, Syria, China, Kyrgyzstan, Afghanistan, Bulgaria). The collection of qualitative data took place in two stages. First, participants completed a questionnaire that aimed to identify acculturation strategies. Subsequently, we conducted a semi-directed interview individually with each participant. The interviews first confirmed the acculturation strategies and brought information on school integration and participants' perceptions of parental expectations. Subsequently, the data collected with the interview were analyzed using a thematic grid. The results of the research show us that integration is the central strategy for establishing adolescent girls in our study. Every day, they are increasingly connecting with their new country, although the feeling of being Canadian might still be far away. It is mainly the school environment that drives their integration, while the out-of-school acculturative strategies vary more. This place brings immigrant teenagers to learn the French language, an important social challenge, along with the creation of a new circle of friends and studying in a different school system. Outside of school, the socialization of participants is heterogeneous. Some attend the same friends as at school, some form links with people from the same place of worship, while others spend most of their time with their family. Overall, our participants have a positive relationship with their parents, although a few participants feel pressure on their socialization and schooling. They are aware of the sacrifices made by their parents in the aim of a better education, which is for them a guarantee of a successful future. During our data collection, we witnessed significant changes throughout each family's migration process. The family structure of some girls has changed, others have questioned themselves about the place of religion in their life, while many retrieve the connections they had built with their love ones before the migration. In sum, our study provides a better understanding of the dynamics of acculturation of immigrant teenagers from various countries in the Montreal context. This enriches the writings in the scientific community, more specifically about a population that remains little studied. Also, the various actors of the school environment could be inspired by our results to intervene with these young girls.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record