Show item record

dc.contributor.authorLeguerrier, Louis-Thomas
dc.date.accessioned2019-01-08T15:27:53Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2019-01-08T15:27:53Z
dc.date.issued2018-04
dc.identifier.urihttp://post-scriptum.org/24-04-peche-originel-et-utopie-dans-tout-dingeborg-bachmann-et-dans-le-reve-dun-homme-ridicule-de-dostoievski/
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/21221
dc.publisherUniversité de Montréal. Département de littératures et de langues du mondefr
dc.titlePéché originel et utopie dans « Tout » d’Ingeborg Bachmann et dans Le rêve d’un homme ridicule de Dostoïevskifr
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des arts et des sciences. Département de littératures et de langues du mondefr
dcterms.abstractCet article propose une lecture croisée, basée sur le thème du péché originel, de la nouvelle « Tout » d’Ingeborg Bachmann et du récit Le rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski. Le péché originel, compris comme la chute du genre humain dans une spirale de malheur, est examiné à la lumière de son actualisation par les théories critiques de la raison (Chestov, Benjamin, Adorno) formulées en plein cœur du rationalisme triomphant de la modernité. À partir des textes de Bachmann et Dostoïevski, la découverte de la distinction entre bien et mal par les premiers humains est pensée en continuité avec le développement d’un langage qui inscrit en l’être humain et dans ses relations sociales la séparation entre la raison autonome et la nature réduite à une chose muette et dépourvue de substance. Cette séparation est définie comme fondement d’une guerre éternelle entre les humains et la nature ainsi qu’entre les humains eux-mêmes.fr
dcterms.abstractThis paper proposes a comparative reading, on the theme of the original sin, of the short story “All” by Ingeborg Bachmann and of The Dream of a Ridiculous Man by Dostoïevski. The original sin, understood as the fall of mankind in a spiral of affliction, is examined in light of its actualization by critical theories of reason (Shestov, Benjamin, Adorno), which were articulated against the backdrop of the triumph of rationalist modernity. In these stories by Bachmann and Dostoïevski, the discovery of the distinction between good and evil by the first humans is taught in continuity with the development of a language that inscribes in humans and in their social relations the separation between autonomous reason and nature, the latter being devoid of substance. This separation is defined as the basis of an eternal war between humans and nature as well as among humans themselves.en
dcterms.bibliographicCitationPost-Scriptum ; no 24, Filigrane éditorialfr
dcterms.languagefrafr
UdeM.ReferenceFournieParDeposant1. « Péché originel et utopie dans « Tout » d’Ingeborg Bachmann et dans Le rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski », dans Filigrane éditorial, Revue Post-Scriptum numéro 24 : http://post-scriptum.org/24-04-peche-originel-et-utopie-dans-tout-dingeborg-bachmann-et-dans-le-reve-dun-homme-ridicule-de-dostoievski/,2018.fr
UdeM.VersionRioxxVersion acceptée / Accepted Manuscriptfr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record