Show item record

dc.contributor.advisorO'Connor, Kieron
dc.contributor.advisorAardema, Frederick
dc.contributor.authorWilson, Samantha
dc.date.accessioned2018-12-18T20:55:54Z
dc.date.availableMONTHS_WITHHELD:24fr
dc.date.available2018-12-18T20:55:54Z
dc.date.issued2018-10-18
dc.date.submitted2017-12
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/21166
dc.subjectBulimia nervosafr
dc.subjectObsessive compulsive disorderfr
dc.subjectInference Based Approachfr
dc.subjectInferential Confusionfr
dc.subjectBoulimie nerveusefr
dc.subjectTrouble obsessionnel-compulsiffr
dc.subjectApproche basée sur les inférencesfr
dc.subjectConfusion inférentiellefr
dc.subject.otherPsychology - Clinical / Psychologie clinique (UMI : 0622)fr
dc.titleThe role of doubt in bulimia nervosafr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologie - recherche et interventionfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractLa boulimie nerveuse (BN) est un trouble de santé mentale sévère qui implique une restriction alimentaire, une perte de contrôle sur l’alimentation et le recours à des comportements compensatoires. La BN, tout comme d’autres troubles alimentaires (TA), implique un taux de comorbidité élevé avec le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), en plus de similarités importantes sur les plans symptomatologique et phénoménologique. Nombre d’études font état de l’importance du doute pathologique chez le TOC, et il semblerait que cet aspect cognitif serait commun au TOC et à la BN. Selon l’approche basée sur les inférences (ABI) pour le TOC, le doute pathologique serait élicité par un processus de raisonnement inductif erroné, connu sous le nom de « confusion inférentielle ». Ce construit consiste en deux composantes : une tendance à se fier indûment sur des informations basées sur des possibilités, ainsi qu’une méfiance envers ses sens. Par conséquent, la présente étude a cherché à tester la pertinence de la confusion inférentielle chez la BN. Des participantes avec la BN (n = 25) et un groupe de participantes témoins sains (TS) (n = 25) ont été recrutés. Les premier et deuxième articles ont évalué la première composante de la confusion inférentielle, soit la tendance à se fier indûment sur des informations basées sur des possibilités, en utilisant les versions adaptées de le Reasoning with Inductive Arguments Task (RIAT) et l’Inference Processes Task (IPT), lesquelles ont été validées au près d’échantillons TOC comme étant des mesures du doute. Le Fear of Self Questionnaire (FSQ) fût également administré afin d’évaluer la tendance à se reconnaitre dans une potentielle identité redoutée, un construit relié à la confusion inférentielle. L’ensemble des résultats ont indiqué une tendance chez le groupe BN à se fier indûment sur des informations basées sur des possibilités, et ce pour les deux tâches. Le groupe BN a également montré des taux plus élevés de soi redouté comparativement au groupe TS, le tout suggérant une plus forte tendance à s’identifier à un soi potentiel redouté. Le troisième article de thèse fait état des résultats d’une tâche de vérification corporelle qui fût développée afin d’examiner l’association entre l’attention persévérante portée sur le corps et la méfiance envers ses sens (c.-à-d., une des deux composantes de la confusion inférentielle), laquelle fût opérationnalisée en tant que la confiance perceptuelle. Le groupe BN démontra une plus forte méfiance envers les sens suite à la vérification corporelle prolongée, comparativement au groupe TS, tel qu’indiqué par une diminution pré-post vérification corporelle de la confiance perceptuelle. Pour les trois articles de thèse, on a noté que les résultats des tâches expérimentales de raisonnement et de vérification corporelle étaient corrélés aux mesures auto-rapportées de symptômes du TA. Ces résultats soulignent l’importance clinique de la confusion inférentielle. Somme toute, les résultats de cette thèse appuient la pertinence du doute pathologique élicité par la confusion inférentielle pour la BN ainsi que le lien entre la confusion inférentielle et la symptomatologie du TA.fr
dcterms.abstractBulimia nervosa (BN) is a severe mental health disorder characterized by dietary restriction, the experience of loss of control over eating, and the use of compensatory behaviours. BN, like other eating disorders (EDs), has an elevated rate of comorbidity with obsessive compulsive disorder (OCD) as well as important similarities in terms of phenomenology and clinical features. Pathological doubt, consistently demonstrated as relevant in OCD, represents another cognitive feature potentially shared between OCD and BN. According to the inference based approach (IBA) to OCD, pathological doubt is elicited by a faulty inductive reasoning process termed ‘inferential confusion’. This construct is comprised of two components: the over-investment in possibility-based information and distrust of the senses. Thus, the present study sought to test the role of inferential confusion to BN. Participants with BN (n = 25) and healthy control (HC) participants (n = 25) were recruited. The first and second thesis articles evaluated the over-investment in possibility-based information component of inferential confusion using adapted versions of the Reasoning with Inductive Arguments Task (RIAT) and Inference Processes Task (IPT), both of which have been validated as analogues of doubt in OCD samples. The Fear of Self Questionnaire (FSQ) was also administered to evaluate investment in a feared possible identity, a construct related to inferential confusion. The BN group demonstrated a pattern of results consistent with an over-investment in possibility-based information on both tasks. The BN group also evinced higher levels of fear of self as compared to the HC group, suggesting over-investment in a feared possible self. The third thesis article describes the results of a body checking task designed to examine the relationship between perseverative attending to the body and the distrust of the senses component of inferential confusion, operationalized as perceptual confidence. The BN group experienced greater distrust of the senses due to prolonged body checking than the HC group as indicated by decreases in perceptual confidence from pre- to post-body checking. In all three thesis articles, it was found that the results of the experimental reasoning and body checking tasks were correlated with self-report measures of ED symptomatology. This highlights the clinical importance of inferential confusion. Overall, the results of the present thesis suggest the relevance of pathological doubt elicited by inferential confusion in BN, as well as demonstrate a link between inferential confusion and ED symptomatology.fr
dcterms.languageengfr


Files in this item

PDF
Under embargo until: 2020-10-18

This item appears in the following Collection(s)

Show item record