Afficher la notice

dc.contributor.advisorFurlong, Kathryn
dc.contributor.authorAcevedo Guerrero, Tatiana
dc.date.accessioned2018-06-08T19:04:06Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2018-06-08T19:04:06Z
dc.date.issued2018-05-10
dc.date.submitted2017-10
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/20449
dc.subjectEaufr
dc.subjectFlashfloodsfr
dc.subjectÉlectricitéfr
dc.subjectRelations de pouvoirfr
dc.subjectInfrastructurefr
dc.subjectÉtatfr
dc.subjectColombiefr
dc.subjectWaterfr
dc.subjectElectricityfr
dc.subjectPower relationsfr
dc.subjectStatefr
dc.subjectColombia fr
dc.subject.otherSocial Sciences - Geography / Sciences sociales - Géographie (UMI : 0366)fr
dc.titleWater, arroyos, and blackouts : exploring political ecologies of water and the state in Barranquillafr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplineGéographiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractQu’est-ce que l’étude locale de l’eau nous révèle sur l’État? Et qu’est-ce que l’étude de l’État nous révèle sur l’eau locale? Cette thèse explore ces questions à travers l’histoire récente de Barranquilla, la principale ville de la Colombie caribéenne. L’histoire commence dans les années 1980, lorsque des réformes majeures touchant l’eau sont entreprises à l’échelle locale et à l’échelle nationale, et finit au début de la présente décennie. Aujourd’hui, les coupures d’eau sont récurrentes dans les quartiers non privilégiés et la population se plaint systématiquement des coûts élevés de l’eau et des coupures fréquentes. Nous rapprocherons des concepts de l’écologie politique, des études d'infrastructure et de l’anthropologie de l’État dans le but de nous concentrer sur trois problématiques : les réformes concernant les politiques de l’eau, les infrastructures de l’eau (approvisionnement en eau, assainissement et drainage) et les protestations pour l'eau. Ainsi, les concepts mobilisés dans cette thèse seront les relations de pouvoir, l’infrastructure et l’État. La première problématique, concernant les réformes politiques à Barranquilla, élargit les idées sur-la thématique de la production de l’eau pour la révéler comme étant un processus politique qui reflète d’amples tensions dans la société urbaine. À partir de celle-ci, nous révélons une lacune dans la littérature: la plupart des analyses d’écologie politique se concentrent sur l’implantation de politiques et de réformes de l’eau (et la reproduction subséquente d’asymétries de pouvoir), sans pour autant traiter des luttes et des tensions que chaque réforme politique entraîne à l’intérieur des partis politiques à l’échelle locale. Les directives et les recommandations provenant de la Banque Mondiale et du gouvernement central de la Colombie ont convergé avec les politiques locales sur la réforme de la gouvernance de l’eau dans le contexte de Barranquilla. Ainsi, les partis politiques, les coalitions temporaires, les dissidences, et les dynamiques électorales ont profondément influencé ce qui en résulte. La deuxième problématique, les infrastructures d’eau, porte sur les débats concernant l’agentivité non-humaine, la matérialité et l’infrastructure. Cette thèse contribue à ces débats dans les aspects qui vont suivre. Nous argumentons qu’il est important de reconnaître et d’analyser le lien entre l’eau et les infrastructures d’électricité. Dans le contexte des villes du Sud, alors que plusieurs infrastructures sont caractérisées comme étant en détérioration chronique et manquant de maintien, les infrastructures ont tendance à être profondément interdépendantes parce que si l’une tombe en panne les autres suivront probablement. Dans le cas de Barranquilla, la pluie provoque des crues soudaines – de par l’absence d’un drainage convenable – et l’excès d’eau endommage les infrastructures d’électricité qui sont à priori en mauvaise condition. Subséquemment, les pannes d’électricité affectent les stations de pompage causant ainsi des coupures d’eau. En étant conscients de cette interconnexion, cette thèse analyse les façons dont la matérialité de l’eau et des infrastructures influencent les développements sociospatiaux tout en étant une source imprédictible. La troisième problématique, la contestation, se concentre spécifiquement sur les manières dont les résidents interagissent avec les agences locales de l’État pour revendiquer les asymétries de pouvoir liées à l’eau. Cette section s’intéresse à l’anthropologie, en mettant en évidence l’importance d’étudier l’État de manière ethnographique : en analysant les pratiques quotidiennes des bureaucraties locales pour voir comment les imaginaires de l’État sont forgés. Cette section s’intéresse aux approches de l’écologie politique qui analysent les façons dont l’État, à travers les pratiques quotidiennes, se consolide et se constitue en relation avec la nature et les infrastructures. La thèse contribue à ces débats en étudiant les pratiques quotidiennes des intermédiaires entre l’État et les populations marginalisées. Il s’agit ici d’un groupe d’habitants dont le travail est de bâtir des ponts entre les bureaucraties de l’État et les locaux, dans la contestation des politiques de prestation de services d’eau et d’électricité. Bref, l’objectif est d’explorer le domaine régulatoire dans lequel la contestation quotidienne a lieu.fr
dcterms.abstractWhat does the study of local water reveal about the state? And what does the study of the state reveal about local water? This thesis explores these questions through an account of the recent history of Barranquilla, the main city of the Colombian Caribbean. The story starts in the 1980s, when major water reforms were undertaken at the local and national levels, and finishes in the start of the present decade. Today, frequent water cuts are common in underprivileged neighbourhoods and the population systematically complains about water’s high prices and frequent cuts. I bring together scholarship from political ecology, infrastructure studies, and the anthropology of the state in order to focus on three issues: water policy reforms, water infrastructure (water supply, sanitation and drainage), and water contestations. As such, the organizing concepts of this thesis are power relations, infrastructure, and the state. The first issue, policy reform in Barranquilla, expands on ideas about the production of water as a political process reflecting wider tensions in urban society. I contribute to literature on power relations by putting local party politics at the centre of the analysis. By electoral politics, I refer to the campaign and party dynamics that surround the elections by which people choose their representatives at regular intervals. Political ecology analyses focusing on the implementation of water policies (and the subsequent reproduction or reworking of power asymmetries), seldom portray the struggles and tensions that each policy reform entails within political parties and among professional politicians at the local level. Directives and recommendations from the World Bank and the Colombian central government converged with local electoral politics in the context of Barranquilla’s water governance reform. As such, party politics, temporary coalitions, dissidences, and electoral dynamics deeply influenced the outcome. The second issue, water infrastructure, speaks to debates on non-human agency, materiality, and infrastructure. This thesis contributes to these debates in the following ways. I argue that it is important to recognize and analyse the entanglement between water and electricity infrastructure. In the context of southern cities, where many infrastructures are characterized by long term breakdown and poor maintenance, infrastructures tend to be deeply intertwined because if one breaks down the others will probably follow. In the case of Barranquilla, rain forms flash floods- in the absence of proper storm drains - and excess of water damages electricity’s poorly maintained infrastructure. Subsequently, electricity outages affect pumping stations causing water cuts. Being conscious of this interconnectedness, this thesis analyses the ways in which water and infrastructure’s materiality influence socio spatial developments and are a source of unpredictability. The third issue, contestation, focuses specifically on the ways in which residents interact with local state agencies to contest existent water power asymmetries. It speaks to scholarship on anthropology, highlighting the importance of studying the state ethnographically: analysing everyday practices of local bureaucracies to see how the imaginaries of the state are forged. It also speaks to political ecological approaches that analyse the way in which, through everyday practices, the state is consolidated and constituted in relation to nature and infrastructure. The thesis contributes to these debates by studying the everyday practices of intermediaries between the state and marginalized communities. That is, of a group of people whose work is to build bridges between state bureaucracies and local neighbours, in the contestation of water and electricity allocation policies. With this the thesis aims to explore the regulatory ground in which everyday contestation stands.fr
dcterms.languageengfr


Fichier(s) constituant ce document

Vignette

Ce document figure dans la(les) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice