Show item record

dc.contributor.authorMonjour, Servanne
dc.date.accessioned2018-05-08T20:01:56Z
dc.date.available2018-05-08T20:01:56Z
dc.date.issued2018-03-07
dc.identifier.issn2104-3272
dc.identifier.urihttp://sens-public.org/article1300.html
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/19954
dc.publisherSens Publicfr
dc.subjectArchivefr
dc.subjectTreleani, Matteofr
dc.subjectSémiologiefr
dc.subjectPasséfr
dc.subjectHistoirefr
dc.subjectÉpistémologiefr
dc.subjectÉditorialisationfr
dc.subjectCulture numériquefr
dc.titleLa réinvention du passéfr
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériquesfr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des arts et des sciences. Département des littératures de langue françaisefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Canada Research Chair on Digital Textualitiesen
dcterms.abstractLa nature des contenus documentaires qui circulent aujourd’hui sur le web, tout comme la façon dont ces documents (qu’ils soient numérisés ou « natifs-numériques ») sont diffusés, édités ou encore (re)contextualisés, n’ont rien de neutre : elles impliquent une certaine idée du passé qui, sous l’effet des nouvelles technologies et de notre culture numérique, a connu ces dernières années de profondes mutations. Matteo Treleani, dans son ouvrage « Qu’est-ce que le patrimoine numérique? » (Le bord de l’eau, 2017), s’est donné pour mission de baliser et de comprendre cette nouvelle conception du passé, pour en mesurer les conséquences sur nos logiques de production, de transmission et de réception des archives. Dans une perspective sémiologique, il dresse un état des lieux des mutations épistémologiques de la fabrique des archives, invitant à repenser nos pratiques patrimoniales et notre rapport au passé.fr
dcterms.abstractThe nature of the documents circulating on the web, as well as the way in which these documents (whether digitized or "native-digital") are disseminated, edited or even (re)contextualized, are not neutral : they imply a certain idea of ​​the past which, under the influence of new technologies and of our digital culture, has deeply changed in recent years. In his essay "Qu’est-ce que le patrimoine numérique"? (Le bord de l’eau, 2017), Matteo Treleani studies this new conception of the past, to measure its consequences on our logics of production, transmission and reception of archives. In a semiological perspective, Treleani makes an inventory of main epistemological changes in the way we are dealing with archives, and incites us to rethink our preservation practices as well as our relationship to the past.fr
dcterms.bibliographicCitationSens Publicfr
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion publiée / Version of Recordfr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record