Show item record

dc.contributor.authorMaroy, Christian
dc.contributor.authorMangez, Catherine
dc.contributor.authorDumay, Xavier
dc.contributor.authorCattonar, Branka
dc.date.accessioned2016-08-10T20:01:13Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2016-08-10T20:01:13Z
dc.date.issued2012
dc.identifier.citationMaroy, C., Mangez, C., Dumay, X., & Cattonar, B. (2012). Processus de traduction et institutionnalisation d’outils de régulation basés sur les connaissances dans l’enseignement primaire en Belgique. Recherches sociologiques et anthropologiques, 43(2), 95-120.fr
dc.identifier.urihttps://rsa.revues.org/795
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/14082
dc.rightsCe document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International / This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International
dc.rights.urihttps://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/
dc.titleProcessus de traduction et institutionnalisation d’outils de régulation basés sur les connaissances dans l’enseignement primaire en Belgique
dc.typeArticlefr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des sciences de l'éducationfr
UdeM.statutProfesseur(e) / Professorfr
dcterms.abstractDepuis une quinzaine d’années, on assiste en Belgique francophone au développement d’une politique d’évaluation externe des écoles. Notre étude analyse la réception de cette politique par les acteurs locaux (directeurs et enseignants d’écoles primaires) et intermédiaires (inspecteurs) et montre comment les outils de régulation basés sur les connaissances mis en place par ces acteurs affectent la réception et la légitimité de la politique d’évaluation dans son ensemble. À l’aide de la sociologie de la traduction (Callon & Latour) et de la théorie néoinstitutionnaliste, nous comparons deux modes de construction et de mise en oeuvre de cette politique dans deux zones d’inspection. Dans la première, le dispositif repose pour l’essentiel sur la bureaucratie, tandis que dans la seconde la politique est construite par un réseau d’acteurs locaux et intermédiaires. Nous montrons que 1) les rôles et les stratégies des acteurs intermédiaires diffèrent considérablement ; 2) les différences constatées dans la construction de la politique d’évaluation (co-construction des outils par un réseau d’acteurs intermédiaires d’un côté, mise en oeuvre hiérarchique et bureaucratique de l’autre) sont liées aux différents effets des outils de régulation sur les pratiques des enseignants et sur la légitimité de cette politique.fr
dcterms.bibliographicCitationRecherches sociologiques et anthropologiques ; vol. 43, no 2
dcterms.languagefrafr
UdeM.VersionRioxxVersion acceptée / Accepted Manuscript


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record

Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International / This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International
RightsCe document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 4.0 International / This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International