Show item record

dc.contributor.advisorCantin, Stéphane
dc.contributor.authorAllard, Ariane
dc.date.accessioned2016-04-19T15:54:06Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2016-04-19T15:54:06Z
dc.date.issued2016-03-23
dc.date.submitted2015-12
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/13644
dc.subjectAnxiété socialefr
dc.subjectVictimisation par les pairsfr
dc.subjectRejet socialfr
dc.subjectAmitiésfr
dc.subjectCaractéristiques des amisfr
dc.subjectNombre d’amisfr
dc.subjectAdolescencefr
dc.subjectÉtude longitudinalefr
dc.subjectSocial anxietyfr
dc.subjectVictimizationfr
dc.subjectSocial rejectionfr
dc.subjectFriendshipsfr
dc.subjectFriends’ characteristicsfr
dc.subjectNumber of friendsfr
dc.subjectAdolescentsfr
dc.subjectLongitudinal studyfr
dc.subject.otherPsychology - General / Psychologie - Généralités (UMI : 0621)fr
dc.titleLa victimisation par les pairs et le développement de l’anxiété sociale au début de l’adolescence : l’effet modérateur des caractéristiques des amisfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychoéducationfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractL’objectif de cette étude est d’explorer l’effet modérateur du nombre d’amis et de leurs caractéristiques sur le lien prédictif entre la victimisation par les pairs et l’anxiété sociale. Plus spécifiquement, cette étude s’intéresse aux niveaux moyens de victimisation, de rejet et d’anxiété sociale des amis comme facteurs aggravants potentiels. Les données ont été recueillies à deux reprises auprès de 576 adolescents d’en moyenne 13,5 ans au début de leur secondaire deux et à la fin de leur secondaire trois. Les participants ont répondu à des questionnaires auto-rapportés pour les mesures de victimisation et d’anxiété sociale et ont participé à une procédure de nomination sociométrique pour la mesure de statut social et l’identification des amis. De manière concomitante, les résultats démontrent que la victimisation par les pairs et certaines caractéristiques des amis (niveaux d’anxiété et de rejet social) contribuent respectivement, de manière unique et indépendante, à rendre compte de l’anxiété sociale des participants. De manière longitudinale, la victimisation par les pairs permet de prédire le développement de l’anxiété sociale sur une période de 1,5 ans. Néanmoins, le nombre d’amis et leurs caractéristiques ne contribuent pas de manière additive au développement ultérieur de l’anxiété sociale. De plus, les caractéristiques des amis n’interagissent d’aucune façon avec la victimisation par les pairs pour rendre compte du développement ultérieur de l’anxiété sociale. Cependant, des analyses exploratoires ont permis de montrer que le niveau de victimisation des amis constitue un facteur aggravant pour les enfants rejetés socialement; le rejet par les pairs étant positivement associé au développement de l’anxiété sociale chez les élèves qui entretiennent des relations d’amitié avec des élèves qui rapportent être victimes de mauvais traitements.fr
dcterms.abstractThe aim of this study was to explore to what extent the number of friends and friends’ characteristics interact with peers’ victimization to predict the development of social anxiety over time. More specifically, friends’ characteristics considered by this study were peers’ victimization, peers’ rejection and social anxiety average levels as potential aggravating factors. Data was collected two consecutive years, from 576 adolescents of 13,5 years old average. The data was collected first during the fall semester of 8th grade, and a second time during the spring semester of 9th grade. Participants answered self-reported questionnaires concerning peers’ victimization and social anxiety. They also participated in a sociometric nomination procedure within their school and classroom concerning social status and friends’ identification. Results indicated that peers’ victimization and friends’ characteristics (i.e. social anxiety and rejection levels) have an additive contribution when predicting concurrent social anxiety. Results also showed that peers’ victimization predicted subsequent increase in social anxiety 1.5 year later. However, the number of friends and friends’ characteristics did not show any additive effect in predicting development of ulterior social anxiety. Moreover, friends’ characteristics do not interact with victimization to predict ulterior social anxiety. Nonetheless, exploratory analysis showed that friends’ victimization acts as an aggravating factor for participants with a negative social status: peers’ rejection being positively associated to an increase in social anxiety in students with victimized friends.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record