Show item record

dc.contributor.authorHuglo, Marie-Pascale
dc.date.accessioned2016-01-20T15:57:22Z
dc.date.available2016-01-20T15:57:22Z
dc.date.issued2009
dc.identifier.citationHuglo, Marie-Pascale, « Banalités en séries : fragments de la vie des gens de Régis Jauffret », dans Sandrina Joseph (dir.), Révéler l’habituel : la banalité dans le récit littéraire contemporain, Montréal, Université de Montréal, coll. « Paragraphes », no 28, 2009, p. 139-157.fr
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/12898
dc.publisherUniversité de Montréalfr
dc.subjectRomanfr
dc.subjectFragmentfr
dc.subjectFictionfr
dc.subjectBanalitéfr
dc.subjectJauffret, Régisfr
dc.subjectQuotidienfr
dc.titleBanalités en séries : fragments de la vie des gens de Régis Jauffretfr
dc.typeChapitre de livre / Book chapterfr
dc.contributor.affiliationUniversité de Montréal. Faculté des arts et des sciences. Département des littératures de langue françaisefr
dcterms.abstractLes cinquante-sept fragments rassemblés par Régis Jauffret présentent une suite de séquences de la vie de gens quelconques qui subissent l’existence comme un mal lancinant insupportable d’ennui, de solitude ou de promiscuité. Loin de proposer, comme le fait Philippe Delerm, une collection de vignettes des petits bonheurs ordinaires ou de rassembler, à la manière d’Annie Ernaux, des instantanés de la vie quotidienne collective révélateurs d’une époque, Jauffret fait défiler des fragments de vie qui, à force de s’additionner, perdent leurs contours distinctifs, se confondent les uns avec les autres et finissent par former un kaléidoscope monotone, indifférent, de la vie quotidienne des gens. La banalité de ces vies sans relief tient entre autres à la similitude des appartements, des rues, des situations aussi intenables les unes que les autres. Aucune vie, pourtant, n’est pareille aux autres, aucun parcours n’est exactement le même, mais tous sont pareillement ravalés dans l’uniformité de ce qui va, sans but, « quel que soit le chemin ». L’existence est insupportable mais on existe de toute façon, et ce sont toutes ces façons d’exister, sans nécessité, sans joie ni valeur ajoutée, que Jauffret accumule, exhibant jusqu’à saturation les vies banales de gens qui souffrent de toute façon, de toutes les façons. [Introduction]fr
dcterms.bibliographicCitationParagraphes ; no 28
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record