Show item record

dc.contributor.advisorBrunet, Luc
dc.contributor.authorMalo, Marie
dc.date.accessioned2015-05-25T16:23:19Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2015-05-25T16:23:19Z
dc.date.issued2015-04-30
dc.date.submitted2014-06
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/11980
dc.subjectSanté psychologique au travailfr
dc.subjectAjustement cognitif au travailfr
dc.subjectBien-être psychologique au travailfr
dc.subjectDétresse psychologique au travailfr
dc.subjectRéponses comportementales de stress au travailfr
dc.subjectOptimismefr
dc.subjectRésiliencefr
dc.subjectClimat de travailfr
dc.subjectThéorie de la conservation des ressourcesfr
dc.subjectPsychological health at workfr
dc.subjectCognitive adjustment at workfr
dc.subjectPsychological well-being at workfr
dc.subjectPsychological distress at workfr
dc.subjectBehavioural stress responses at workfr
dc.subjectOptimismfr
dc.subjectResiliencefr
dc.subjectWork climatefr
dc.subjectConservation of resources theoryfr
dc.subject.otherPsychology - Industrial / Psychologie industrielle (UMI : 0624)fr
dc.titleLa santé psychologique au travail : une modélisation ancrée dans la théorie de la conservation des ressourcesfr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologie - recherche et interventionfr
etd.degree.grantorUniversité de Montréal (Faculté des arts et des sciences)fr
etd.degree.levelDoctorat / Doctoralfr
etd.degree.namePh. D.fr
dcterms.abstractSi la santé psychologique au travail retient de plus en plus l’attention de la communauté scientifique et des milieux de pratique, certains aspects du phénomène restent néanmoins à explorer. Notamment, les études se sont peu attardées au fonctionnement de l’individu dans l’organisation, focalisant plutôt sur les expériences subjectives associées au bien-être et à la détresse psychologiques. En outre, l’état des connaissances sur les mécanismes sous-jacents à la santé psychologique au travail demeure embryonnaire. Faute d’écrits sur la question, la compréhension du construit s’avère partielle. Devant ce constat, la présente thèse vise à modéliser la santé psychologique au travail en y intégrant des indicateurs du fonctionnement de l’employé. Dans cette optique, cinq études, regroupées en deux articles, ont été menées auprès de quatre échantillons indépendants (Article 1 : NA = 296, NB = 350, NC = 139; Article 2 : NB = 330, NC = 128; ND = 389). Le premier article a pour objet de développer une conceptualisation et une mesure du fonctionnement de l’individu dans l’organisation. Prenant appui sur les travaux en socialisation organisationnelle et sur la théorie de la conservation des ressources (Hobfoll, 1989, 2001), l’ajustement cognitif au travail est proposé à titre d’indicateur additionnel de la santé psychologique au travail. Des analyses factorielles exploratoires et confirmatoires, de même que des analyses de cohérence interne, d’invariance temporelle et de régression, confirment les qualités psychométriques de l’instrumentation et étayent la validité de l’ajustement cognitif au travail comme indicateur de la santé psychologique au travail. Le second article s’appuie sur la conceptualisation du fonctionnement de l’employé présentée dans le premier article pour tester une modélisation de la santé psychologique au travail. Se fondant sur la théorie de la conservation des ressources (Hobfoll, 1989, 2001), la santé psychologique au travail est modélisée comme un processus incluant quatre indicateurs, soit le bien-être psychologique, la détresse psychologique, l’ajustement cognitif et les réponses comportementales de stress au travail. Deux mécanismes distincts sont mis de l’avant pour expliquer les relations unissant les indicateurs positifs de santé psychologique au travail (c.-à-d., le bien-être psychologique et l’ajustement cognitif) et celles caractérisant les indicateurs négatifs (c.-à-d., la détresse psychologique et les réponses comportementales de stress). Des analyses acheminatoires et d’invariance transculturelle révèlent la présence des deux mécanismes et montrent que, au-delà de l’influence des demandes en emploi, le bien-être psychologique exerce un effet médiateur sur la relation positive entre des ressources personnelles (c.-à-d., optimisme et résilience) et organisationnelle (c.-à-d., climat de travail) et l’ajustement cognitif au travail. Les résultats mettent également en exergue le rôle médiateur de la détresse psychologique sur la relation négative entre les mêmes ressources et les réponses comportementales de stress au travail. Une discussion générale précise la portée des résultats présentés dans le cadre des deux articles.fr
dcterms.abstractWhile psychological health at work is gaining attention from academics and practitioners, certain aspects of the phenomenon need deeper exploration. Notably, scant research has examined individual functioning in the workplace; the majority of studies focused on subjective experiences related to psychological well-being and distress instead. Moreover, little is known about the mechanisms underlying psychological health at work. These shortcomings result in a partial understanding of the construct. In light of these observations, the present thesis aims to develop a model of psychological health at work, integrating indicators of employee functioning. To achieve this goal, five studies divided into two articles were conducted using four independent samples (Article 1: NA = 296, NB = 350, NC = 139; Article 2: NB = 330, NC = 128; ND = 389). The first article proposes a conceptualization and a measurement of individual functioning at work. Building on organizational socialization literature and on conservation of resources theory (Hobfoll, 1989, 2001), we conceptualize cognitive adjustment as a psychological health indicator. Exploratory and confirmatory factor analyses, as well as reliability, temporal invariance and regression analyses, confirm the psychometric qualities of the instrument and support the validity of cognitive adjustment at work as, indeed, an indicator of psychological health. Drawing from the conceptualization of employee functioning reported in the first article, the second article tests a model of psychological health at work. Based on conservation of resources theory (Hobfoll, 1989, 2001), psychological health at work is conceptualized as a process, which includes four indicators, namely psychological well-being, psychological distress, cognitive adjustment, and behavioural stress responses at work. Two distinct mechanisms are put forward explaining the relations between positive indicators (i.e., psychological well-being and cognitive adjustment), and the relations between negative indicators (i.e., psychological distress and behavioural stress responses). Path and cross-cultural invariance analyses acknowledge both mechanisms, and demonstrate that, beyond the impact of job demands, psychological well-being exercises a mediating effect on the positive relations between personal (i.e., optimism and resilience) and organizational (i.e., work climate) resources, and cognitive adjustment at work. Results also highlight that psychological distress mediates the negative relations between the same resources and behavioural stress responses at work. A general discussion covers in deeper details the implications of the findings emanating from both articles.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record