Show item record

dc.contributor.advisorArguin, Martin
dc.contributor.authorBeaulieu, Julien
dc.date.accessioned2014-06-04T16:06:51Z
dc.date.availableNO_RESTRICTIONfr
dc.date.available2014-06-04T16:06:51Z
dc.date.issued2014-03-03
dc.date.submitted2013-11
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1866/10730
dc.subjectConjonctionfr
dc.subjectNon-séparabilité linéairefr
dc.subjectInvariance à l'orientationfr
dc.subjectInformation de profondeurfr
dc.subjectConjunctionfr
dc.subjectLinear non-separabilityfr
dc.subjectOrientation invariancefr
dc.subjectDepth cuesfr
dc.subject.otherPsychology - Cognitive / Psychologie cognitive (UMI : 0633)fr
dc.titleLa contribution de la stéréoscopie à la constance de formefr
dc.typeThèse ou mémoire / Thesis or Dissertation
etd.degree.disciplinePsychologiefr
etd.degree.grantorUniversité de Montréalfr
etd.degree.levelMaîtrise / Master'sfr
etd.degree.nameM. Sc.fr
dcterms.abstractLe but de cette étude est de vérifier l'apport de la stéréoscopie dans le phénomène de la constance de forme. La méthode utilisée consiste à mesurer la performance de différents participants (temps de réponse et de taux d'erreurs) à une tâche de prospection visuelle. Quatre groupes de participants ont effectué la tâche. Le premier groupe a été exposé à une présentation stéréoscopique des stimuli, le deuxième groupe à une présentation des stimuli en stéréoscopie inversée (la disparité binoculaire était inversée), le troisième groupe à des stimuli comprenant une information de texture, mais sans stéréoscopie et le quatrième groupe à des stimuli bi-dimensionnels, sans texture. Une interaction entre les effets de rotation (points de vue familiers vs. points de vue non familiers) et le type d'information de profondeur disponible (stéréoscopie, stéréoscopie inversée, texture ou ombrage) a été mise en évidence, le coût de rotation étant plus faible au sein du groupe exposé à une présentation en stéréoscopie inversée. Ces résultats appuient l'implication de représentations tridimensionnelles dans le traitement de l'information visuelle.fr
dcterms.abstractThis study was conducted to evaluate the contribution of stereopsis to the shape constancy phenomenon. Four groups of eight participants each were asked to perform a visual exploration task. The first group was exposed to a stereoscopic stimulation, the second group was exposed to a reversed stereoscopic stimulation, the third group was exposed to a monocular stimulation with textures and shadow and the fourth group was exposed to a monocular stimulation with shadow only. Response times and error rates were used to measure participant's performance. Results show an interaction between rotation effects (familiar viewpoints vs. non-familiar viewpoints) and available depth cues (stereopsis, reversed stereopsis, textures and shadow, shadow only). The rotation cost was smaller in the group exposed to a reversed stereoscopic stimulation. These results are congruent with the use of tridimensional representations underlying visual processing.fr
dcterms.languagefrafr


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show item record